/news/politics
Navigation

QS et laïcité: une volte-face rendue nécessaire par la position caquiste

Coup d'oeil sur cet article

Le rejet du compromis Bouchard-Taylor sur la laïcité par Québec solidaire ce week-end, après des années à le défendre, a été rendu nécessaire par le projet de loi caquiste, plaide le député Gabriel Nadeau-Dubois.  

«Devant un gouvernement qui va tellement loin, il faut revenir à une position de principe. On dit que pour nous, la laïcité s’applique à l’État, aux institutions, mais pas aux individus», a-t-il affirmé, en entrevue avec Emmanuelle Latraverse pour La Joute, dimanche. 

L’élu solidaire assure qu’il a cru longtemps à cette option, comme Manon Massé et de nombreux membres du parti, mais que le projet de loi caquiste rend impossible la poursuite de cette option. 

«Le dernier clou dans le cercueil de Bouchard-Taylor, c’est Simon Jolin-Barrette qui l’a placé cette semaine en déposant un projet de loi qui va beaucoup, beaucoup, beaucoup plus loin que ce compromis initial.» 

Selon lui, le projet de loi déposé par le gouvernement Legault règle un problème qui existe peu ou pas dans la société québécoise. 

«Vous demanderez à la Commission des droits de la personne combien de demandes d’accommodement ils ont eu liées à la question religieuse. On nous parle de 23 cas dans les dernières années.» 

Plus d’islamphonie?

Questionné par Emmanuelle Latraverse à savoir si, selon lui, ce projet de loi crée de l’islamophobie dans la province, le député n’a pas voulu s’aventurer sur ce terrain. Il a convenu que ce sentiment existe au Québec, comme ailleurs dans le monde, «pas plus ni moins» ici qu’ailleurs. 

«Ce débat divise, il crée des tensions», a-t-il par contre soulevé. «Il est très mal enligné, surtout avec un projet de loi qui va aussi loin que ça.» 

Accord avec le PLQ

En adoptant cette position, le parti se rapproche de celle des libéraux. Le député n’en fait pas de cas de conscience. «Même une horloge brisée donne l’heure juste deux fois par jour», lance-t-il. 

«M’entendre, une fois de temps en temps, sur un point très précis, avec les libéraux, personnellement, ça ne m’empêche pas de dormir. Je pense qu’on ne peut pas me suspecter de sympathie libérale, loin de là. D’ailleurs, j’attends de voir si les libéraux vont être cohérents. Il y a peu de gens à Québec solidaire qui se sont réveillés ce matin en se demandant s’ils étaient devenus membres du Parti libéral.» 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.