/news/education
Navigation

Poisson d'avril: le Cégep Limoilou piège ses étudiants en annonçant l'interdiction de cellulaires en classe

Poisson d'avril: le Cégep Limoilou piège ses étudiants en annonçant l'interdiction de cellulaires en classe
Photo Elisa Cloutier

Coup d'oeil sur cet article

La direction du Cégep Limoilou a été surprise de la réaction des étudiants à son poisson d’avril lundi matin, en annonçant qu’il serait dorénavant interdit d’amener son cellulaire en classe.

Même si certains étudiants se sont montrés irrités par cette fausse nouvelle mesure en arrivant au Cégep lundi, la plupart ont affirmé qu’il s’agissait d’une «bonne idée».

C’est le cas notamment d’Élodie Ouellet. «C’est une bonne chose. Je suis en génie mécanique et les gars jouent souvent à des jeux pendant les cours. Même moi, je vais sur mon téléphone de temps en temps. Je vais m’adapter», a-t-elle affirmé.

«Ça ne me dérange pas vraiment. C’était déjà le cas dans certaines classes, c’est juste qu’il n’y avait pas les boites pour y déposer son téléphone», a pour sa part indiqué Francis Gagnon.

«C’est vraiment très surprenant comme réactions! On s’attendait à ce que ça passe un peu moins bien», a mentionné Josyka Lévesque, conseillère en communication au Cégep et instigatrice du coup. Sur le site web du Cégep lundi matin, on expliquait la décision en disant s’inspirer du gouvernement de l’Ontario, qui songe à bannir les téléphones cellulaires des salles de classe.

Certains étudiants toutefois montrés très surpris par cette nouvelle, alors que d’autres l’acceptaient du bout des lèvres. «Je suis plus ou moins satisfaite», a indiqué Kayla Drouin.

Pour rendre le coup encore plus réel, la direction avait installé des boites à l’entrée des classes, où les étudiants devaient déposer leurs téléphones avant la classe. Pour justifier le règlement, on indiquait vouloir «diminuer le temps d’écran», améliorer la concentration des élèves en classe et favoriser de saines habitudes de vie.

Un caméraman s’était même installé à l’entrée de l’établissement, pour prendre les réactions des élèves.

Toute la matinée, les conseillers en communication du Cégep ont informé les étudiants du nouveau règlement. Une fois leur arrivée en classe, ils apprenaient toutefois qu’ils s’étaient fait piéger par un « poisson d’avril ». Certains professeurs ont même admis être tombés dans le panneau!

Le Cégep Limoilou n’en est pas à son premier poisson d’avril. Au cours des dernières années, la direction a notamment annoncé que la note de passage passait à 70%, puis a imposé le port de l’uniforme. Il y a deux ans, le Cégep a imposé le port «pantoufles bleues » comme on en retrouve notamment dans les centres hospitaliers