/sports/hockey/remparts
Navigation

Remparts : Il y aura un 7e match à Halifax

Les Remparts ne peuvent empêcher les Mooseheads de niveler la série et s’inclinent 6 à 1

Coup d'oeil sur cet article

HALIFAX | À la limite ! Les Remparts de Québec ont raté l’occasion d’en finir en six rencontres avec les Mooseheads de Halifax en encaissant un revers de 6-1 sur la patinoire du Scotiabank Centre, lundi soir, si bien que les deux équipes se retrouveront mardi soir au même endroit à l’occasion d’un septième et ultime match dans cette série huitième de finale.

C’est donc dire que les Remparts seront impliqués dans une partie décisive du premier tour pour un deuxième printemps de suite. L’an passé, alors dirigés par Philippe Boucher, les Diables rouges avaient été envoyés en vacances par les Islanders de Charlottetown. Ils tenteront à nouveau mardi soir de passer au deuxième tour pour la première fois depuis 2015.

En l’emportant, les hôtes du prochain tournoi de la coupe Memorial ont évité le scénario cauchemardesque de tomber en congé forcé pendant 45 jours. Aucun club choisi pour recevoir la grand-messe du hockey junior canadien n’a d’ailleurs subi cet affront dans toute l’histoire de la LHJMQ. 

Un but d’Antoine Morand à 18:05 de la période médiane ayant nécessité la reprise vidéo a propulsé les troupiers d’Éric Veilleux en avant. Ils n’ont jamais plus regardé derrière ensuite, ajoutant un troisième filet à peine 63 secondes plus tard pour porter un dur coup à l’adversaire avant de retraiter au vestiaire.  

« Ce but n’est pas bon »

Patrick Roy était convaincu que celui-ci avait poussé le disque avec son patin. L’annonce de l’arbitre n’a pas atténué ses doutes, et il s’est mis en colère derrière le banc pendant que la foule se faisait de plus en plus assourdissante pour le tourner en dérision. Il y a longtemps que l’on avait vu le dirigeant des Remparts aussi émotif, lui qui s’est assagi depuis son retour.  

« Il n’y a aucun doute dans mon esprit que ce but n’est pas bon, a affirmé l’entraîneur et directeur général après coup. Il y a un coup de pied vers le filet, alors pour moi, c’est automatique. Si le patin était resté sur la glace et qu’il n’avait pas bougé, j’aurais été d’accord, mais parce que le patin a avancé vers le filet, c’est ce qui permet de diriger la rondelle vers le filet. Il a bougé son pied vers l’intérieur. »

Le livre des règlements de la LHJMQ stipule qu’un but est refusé « lorsque la rondelle a été bottée dans le but à l’aide d’un mouvement évident de botté ». Roy a contesté l’impartialité du responsable de la reprise posté dans les hauteurs de l’amphithéâtre.

« L’arbitre ne peut rien faire, a-t-il renchéri. C’est le gars en haut qui prend la décision. Moi, ma question, le gars en haut, il appartient à la ligue, mais c’est un gars qui vient d’où ? »

« Je ne savais pas que la rondelle arrivait, et elle est arrivée dans mes patins, et elle a rentré, a raconté le capitaine Morand. J’ai été chanceux d’un côté. Quand tu travailles fort, les bonnes choses arrivent, et ça tourne de ton côté. La série n’est pas finie. »  

En retard 4-1 au troisième tiers, Québec a tenté le tout pour le tout avec moins de 10 minutes à faire en retirant le gardien Kyle Jessiman, venu en renfort au partant Carmine-Anthony Pagliarulo « pour le reposer », mais Raphaël Lavoie a cloué le cercueil des visiteurs en marquant dans la cage abandonnée.

En vitesse

Sous le coup d’une suspension pour coup à la tête, le défenseur étoile Jared McIsaac brillait par son absence chez les Mooseheads... Bras en écharpe, Thomas Caron a accompagné ses coéquipiers pour le voyage malgré sa fracture de la clavicule subie dans le match numéro quatre...

Trop de cinéma pour Patrick Roy

Les officiels ont décerné six pénalités mineures au total, dont quatre aux Remparts, mais aux yeux de Patrick Roy, les Mooseheads ont profité de la clémence des hommes zébrés dans ce sixième acte.

En fin de match, les officiels ont fait le ménage en décernant des pénalités pour mauvaise conduite à Adam Gaudreau et Samuel Dickner. Pour Halifax, Xavier Parent a aussi été renvoyé au vestiaire. 

« Il n’y a aucune frustration de notre bord, a assuré le grand patron des Québécois. On a joué notre game. On a complété nos mises en échec. Si on appelle ça de la frustration quand Montreuil met le gars à terre, je le vois plutôt se tirer à terre.  

« Eux autres, c’est un club de drama, c’est un club qui aime plonger, qui aime cingler, donner du double-échec. Aujourd’hui, il n’y a aucune décision qui a été appelée et ils ont pu faire ce qu’ils voulaient. Ils ont eu l’arbitrage dont ils avaient besoin pour ce match. »

Son vis-à-vis Éric Veilleux avait une autre vision des événements. 

« Du drama, on en a vu un peu aujourd’hui, a-t-il constaté. C’est là que la foule a été la plus bruyante depuis le début de l’année quand il y a eu du drama sur le banc de l’autre bord. Honnêtement, ça nous a donné un petit boost. Je pense qu’on a marqué tout de suite après. On joue notre match et on se concentre sur nos affaires. Eux, ils font les leurs. »

Constamment menaçant en zone ennemie, Raphaël Lavoie a connu une soirée productive avec deux buts et une passe pour les Orignaux. Le gros espoir en prévision du repêchage de la LNH revendique désormais sept filets et 12 points depuis le début de ces présentes séries. 

Préparation cruciale  

Auteur du seul but des Remparts, qui a créé l’égalité 1-1, Dickner aurait souhaité un dénouement plus heureux.  

« Il y a eu des événements qui se sont déroulés et qui ont fait qu’on a un peu perdu le contrôle, a reconnu le patineur de 19 ans. C’est vraiment dommage. C’est évident que le but n’est pas bon, je ne comprends même pas comment ç’a fait pour être dedans. Il faut vivre avec. »

Et la suite ? Roy a appelé ses joueurs au sentiment d’unité. 

« Il faut se regrouper et être prêt pour le match numéro sept. Dans des matchs comme ça, tes meilleurs joueurs devront être tes meilleurs joueurs. Ça finit là. Personne n’aurait pensé qu’il y aurait un septième match et ça va être à nous d’arriver prêts et de jouer mieux qu’on l’a fait dans certains moments du match. »

1
6
Première période
1-Hal: Raphaël Lavoie (6) (Asselin, Chainey) 4:58 2-QUÉ: Samuel Dickner (1) (St-Laurent, Savoie) 10:27
Punitions: Montreuil (Qué) 1:52, Trépanier (Hal) 14:16.
Deuxième période
3-Hal: Antoine Morand (3) (Lavoie, Ryczek) 18:05 4-Hal: Keith Getson (1) (Durandeau, Trépanier) 19:08
Punitions: Verrette (Qué) 6:29, Dunn (Qué) 14:28.
Troisième période
5-Hal: Samuel Asselin (2) (Barron) 0:26 6-Hal: Raphaël Lavoie (7) (Flower) 13:40 7-Hal: Keith Getson (2) (Barron, Safin) AN-17:13
Punitions: Parent (Hal) 8:36, Gaudreau (Qué) (inc.) 16:47, Parent (Hal) (inc.) 16:47, Dickner (Qué) (min. et inc.) 17:07.
Tirs au but
QUÉBEC 8 - 7 - 9 - 24 Halifax 9 - 20 - 12 - 41
Gardiens:
QUÉ: Carmine-A. Pagliarulo (P, 3-3-0), Kyle Jessiman (0:26 3e pér.) Hal: Alexis Gravel (G, 3-2-0)
Avantages numériques:
QUÉ: 0 en 2, Hal: 1 en 4
Arbitres:
Jonathan Langille, Stephen Starzomski
Juges de lignes:
Brett Boyce, Mike MacDonnell
ASSISTANCE:
7 623