/news/provincial
Navigation

Des militaires de Valcartier s’envolent vers l’Ukraine

En déploiement pour une durée de six à sept mois

Des militaires de Valcartier s’envolent vers l’Ukraine
Photo Catherine Bouchard

Coup d'oeil sur cet article

Plus d’une centaine de militaires de Valcartier se sont envolés vers l’Ukraine mercredi, dans le cadre de l’opération Unifier, qui vise à soutenir les forces de sécurité ukrainiennes.

Les militaires, principalement du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada (5 GBMC), seront en déploiement pour une durée de six à sept mois.

Des militaires de Valcartier s’envolent vers l’Ukraine
Photo Catherine Bouchard

Ils prennent la relève d’une autre cohorte qui se trouve en Ukraine depuis septembre 2018 et qui sera de retour au pays dans quelques semaines.

Entraînement de formation

Ce déploiement consiste à un entraînement de formation pour les forces de sécurité ukrainiennes, lesquelles joindront éventuellement l’OTAN.

Le lieutenant-colonel Frédérick Côté, commandant de la Force opérationnelle interarmées — Ukraine (FOI-U), indique que les membres des Forces déployés sont prêts et que tout le monde est bien content d’entreprendre cette mission.

« On s’est entraînés longuement pour ça, nous sommes dus pour partir, nos têtes sont davantage là-bas », a-t-il indiqué, quelques instants avant leur départ.

Les formations toucheront principalement l’instruction interarmes, le génie militaire, la logistique, la police militaire et la formation médicale.

Départ émotif

Ce grand départ pour plusieurs mois n’était pas sans émotion, mercredi matin, à la base militaire de Valcartier.

Ici, on voit l'aviatrice Stéphanie Bossé avant son déploiement. Elle est avec son conjoint Gilles Hamel, qui est également militaire, et son fils Jake Hamel.
Photo Catherine Bouchard
Ici, on voit l'aviatrice Stéphanie Bossé avant son déploiement. Elle est avec son conjoint Gilles Hamel, qui est également militaire, et son fils Jake Hamel.

L’aviatrice Stéphanie Labossière, technicienne en imagerie au sein des Forces, a dû laisser derrière elle son conjoint Gilles Hamel et son fils de 10 ans, Jake. « Je suis très fébrile et j’ai très hâte. Je voulais vraiment partir, a-t-elle lancé. Mais c’est certain que ça fait un pincement au cœur. C’est certain que c’est difficile pour lui. »

Elle en est à son premier déploiement. Elle pourra revoir sa famille à la moitié de son déploiement. Un voyage familial en Écosse est d’ailleurs prévu.

Son conjoint, également dans l’armée, a été déployé également une fois.

Le capitaine Alain Brosseau, qui sera l’aumônier de la mission, a dû dire au revoir à son conjoint avant le grand départ. « Mais nous sommes habitués, il vit à Toronto pour son travail », a fait valoir l’homme, qui est également prêtre anglican. Il s’agit de son premier déploiement comme aumônier. Il aura la tâche d’être à l’écoute des membres qui auront besoin de parler ou d’être dirigés vers des ressources d’aide.