/fbinstantarticles
Navigation

La STM veut plus de pouvoirs et d’imputabilité pour ses inspecteurs

La STM veut plus de pouvoirs et d’imputabilité pour ses inspecteurs
MARIE CHRISTINE TROTTIER/24 HEURES/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Quelques semaines après une intervention controversée à la station Villa-Maria, la STM a annoncé mercredi qu’elle souhaite que ses inspecteurs obtiennent le statut de constables spéciaux, ce qui augmenterait leurs pouvoirs et les assujettirait au comité de déontologie policière. 

Le conseil d’administration de la Société de transport de Montréal (STM) a voté une motion autorisant le directeur général «à poursuivre les démarches requises» pour que les inspecteurs obtiennent cette désignation. 

Celle-ci permettrait par exemple aux inspecteurs d’améliorer la fluidité sur les voies réservées en faisant remorquer les véhicules mal stationnés, d’avoir accès au casier judiciaire des personnes qu’ils interceptent ou encore d’avoir un plus grand pouvoir d’action en cas de dénonciation pour harcèlement, soutient la STM. 

«Avec le changement du statut des inspecteurs s’ajoute également un important élément d’imputabilité qui assujettira les inspecteurs à la Loi sur la police et donc à l’autorité du commissaire à la déontologie policière», a souligné le président du conseil d’administration Philippe Schnobb. 

Celui-ci a précisé qu’il était hors de question de fournir davantage d’armes aux inspecteurs à la suite de ce changement de statut. 

L'intervention ramenée sur le tapis 

Cette décision survient moins d’un mois après qu’une intervention musclée de deux inspecteurs de la STM ait soulevé l’indignation

Une vidéo qui a circulé sur internet montre deux inspecteurs en train de frapper un jeune homme couché par terre à l’aide de bâtons télescopiques sur le quai de la station Villa-Maria, alors qu’un train de métro passait tout près de sa tête. 

Selon une enquête interne de la STM, les inspecteurs ont respecté le protocole et ne font l’objet d’aucun blâme. Une coalition formée d’élus et d’organismes a toutefois demandé la mise sur pied d’une enquête externe liée à cet événement. 

L’intervention a fait l’objet de plusieurs questions de citoyens lors de la rencontre publique du conseil d’administration. 

«Quand vous parlez de procédure, je remets en question cette procédure, a soulevé la Montréalaise Sharon Nelson. Quand vous regardez la vitesse du véhicule qui arrivait juste à côté de la tête de cet homme pendant qu’il se faisait frapper à coups de bâton, je ne comprends pas comment vous pouvez me regarder et me dire que c’est un usage de la force raisonnable. Ce n’est pas humain», a-t-elle ajouté. 

«Parfois, il y a des protocoles, il y a des lois, et leur résultat est discriminatoire. Quand on voit la vidéo, c’est clair entre nous, entre Montréalais, entre membres de familles, qu’on ne voudrait jamais que notre fils ou notre fille subisse un tel geste», a affirmé Balarama Holness. 

Selon M. Schnobb, le conseil d’administration avait ces discussions à propos du statut des inspecteurs «depuis plusieurs mois». 

La STM doit d’abord entamer des discussions avec le Service de police de la Ville de Montréal avant de faire la requête de changement de statut au ministère de la Sécurité publique. Il est impossible pour le moment d’avoir une idée du délai requis pour mener à bien l’ensemble de ces démarches.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.