/sports/hockey/remparts
Navigation

Patrick Roy croit que les prochaines saisons des Remparts seront «excitantes pour les partisans»

Patrick Roy a rencontré les médias de Québec 48 heures après l’élimination des Remparts. L’entraîneur-chef croit que l’expérience vécue par plusieurs jeunes joueurs cette saison sera bénéfique l’an prochain.
Photo Stevens Leblanc Patrick Roy a rencontré les médias de Québec 48 heures après l’élimination des Remparts. L’entraîneur-chef croit que l’expérience vécue par plusieurs jeunes joueurs cette saison sera bénéfique l’an prochain.

Coup d'oeil sur cet article

Une banque de choix regarnie, de jeunes joueurs qui ont progressé cette saison et quelques mouvements importants à venir durant l’été : Patrick Roy voit d’un bon œil l’avenir des Remparts de Québec. 

Ce dernier a tracé le bilan de sa première saison à la barre de l’équipe en cinq ans, jeudi matin, en compagnie du président des Diables rouges Jacques Tanguay. 

Satisfait de ce qu’il a vu en deuxième moitié de saison, après le grand remaniement de personnel qu’il a orchestré durant la période des transactions, Roy n’a toutefois pas trop voulu s’avancer à savoir quand il voyait les Remparts de retour parmi les équipes de tête. 

«C’est notre brigade défensive qui va déterminer le tout. L’an prochain, on aurait trois défenseurs de 17 ans et deux de 18 ans à l’arrière, alors il sera important d’ajouter de l’expérience avec eux. Je pense qu’on est capable de faire un bond en avant la saison prochaine. Les années qui viennent seront excitantes pour nos partisans parce qu’on sera en mesure de compétitionner avec les meilleures équipes, j’en suis convaincu. Je ne dis pas nécessairement qu’on va gagner l’an prochain. Par contre, on ne va pas changer le plan, on va laisser le temps à nos jeunes de se développer», a-t-il admis. 

Patrick Roy a rencontré les médias de Québec 48 heures après l’élimination des Remparts. L’entraîneur-chef croit que l’expérience vécue par plusieurs jeunes joueurs cette saison sera bénéfique l’an prochain.
Photo Stevens LeBlanc

Quand il parle de sa brigade défensive de l’an prochain, Roy fait surtout référence aux jeunes Nicolas Savoie et Romain Rodzinski, qui seront âgés de 17 ans, tout comme l’espoir Édouard Cournoyer, ainsi que Dylan Schives et Félix-Olivier Chouinard qui, eux, joueront sur leur année de 18 ans. 

Une offensive plus expérimentée 

S’ils seront jeunes à l’arrière, les Remparts compteront sur un peu plus d’expérience au poste d’attaquant. Andrew Coxhead sera assurément l’un des piliers de cette formation sans compter les retours d’Aleksei Sergeev, confirmé par Roy jeudi, Pierrick Dubé et Thomas Caron, entre autres. 

L’équipe devrait également recevoir un joueur de 20 ans des Huskies de Rouyn-Noranda en compensation pour Louis-Filip Côté, et Roy aura vraisemblablement le choix entre Félix Bibeau et Vincent Marleau, selon les informations qui circulent. Matthew Grouchy sera également un candidat à l’un des trois postes de joueurs vétérans. 

Départ de Kurashev 

Mais, n’empêche, le départ de Philipp Kurashev laissera un trou béant dans l’offensive des Diables rouges. 

«Quand on regarde l’alignement qu’on a actuellement, on a 15 ou 16 joueurs qui seront de retour l’an prochain. On compte quatre choix dans les deux premières rondes et 12 choix dans les six premières. Ça va nous donner une profondeur qu’il manquait peut-être dans mes années, mais aussi au cours des dernières saisons.» 

Patrick Roy a rencontré les médias de Québec 48 heures après l’élimination des Remparts. L’entraîneur-chef croit que l’expérience vécue par plusieurs jeunes joueurs cette saison sera bénéfique l’an prochain.
Photo Stevens LeBlanc

Roy a d’ailleurs confirmé qu’il repêcherait un attaquant au prochain repêchage européen de la LCH, cet été, et que l’équipe a déjà un nom bien précis en tête. Quant au repêchage midget, qui aura lieu le 8 juin prochain à Québec, le directeur général a reconnu avoir lancé quelques appels dans le but de voir s’il était possible de s’avancer de quelques rangs en première ronde. Les Remparts possèdent actuellement le 8e choix au total. 

Un territoire américain à revoir 

Patrick Roy l’a répété, jeudi : la distribution du territoire américain entre les trois ligues canadiennes doit être revue. 

Un peu comme il l’avait fait cet hiver, Roy a remis en question la légitimité d’avoir David Branch comme commissaire de la Ligue de l’Ontario (OHL) et de la Ligue canadienne de hockey (LCH). 

«C’est de plus en plus difficile pour les équipes de la LHJMQ d’attirer des joueurs américains. Un moment donné, notre ami Gilles Courteau va devoir faire un travail pour améliorer ce territoire», a plaidé Roy. 

Un repêchage universel 

Selon lui, la solution est toute simple. 

«Pourquoi est-ce que le territoire ne serait pas ouvert? Il y aurait un repêchage universel pour tout le monde. Pourquoi est-ce que des territoires appartiennent à une ligue en particulier? Si on peut prendre des joueurs européens de n’importe où, pourquoi ce ne serait pas pareil aux États-Unis?» a-t-il questionné. 

Rappelons que l’une des problématiques que rencontrent les formations de la LHJMQ lorsqu’elles tentent de convaincre les Américains de leur bassin de se joindre à leur équipe est la présence de plusieurs programmes prestigieux de la NCAA dans la région de Boston, dont ceux de l’université de Boston, du Boston College ou de Harvard. 

Depuis 2008, les Remparts n’ont réussi à convaincre que trois joueurs américains de se joindre à leur équipe après les avoir sélectionnés au repêchage, soit Ryan Bourque, Adam Erne et Braeden Virtue.   

«Patrick a un contrat à vie» – Jacques Tanguay 

Jacques Tanguay, <i>Président des Remparts</i>
Photo Stevens LeBlanc
Jacques Tanguay, Président des Remparts

Patrick Roy sera de retour avec les Remparts l’an prochain. Après? On verra, mais, foi du président des Remparts Jacques Tanguay, il pourra rester à la barre de l’équipe tant qu’il le voudra. 

L’été dernier, Roy avait paraphé une entente de deux saisons afin de revenir en tant qu’entraîneur-chef et directeur général de la concession. 

«Patrick a un contrat à vie, a renchéri Jacques Tanguay jeudi. Tant qu’il va vouloir rester, il va être le bienvenu chez nous. C’est lui qui va décider de son avenir.» 

Mais, de savoir si la prochaine saison sera sa dernière ou s’il en comptera encore cinq ou dix autres est loin d’empêcher le principal intéressé de dormir. 

«Quand je me suis assis avec Jacques, j’avais mis une chose au clair et c’était que tant que j’aurai du plaisir, je vais continuer. Quand j’ai quitté le Colorado, c’était parce que je n’éprouvais plus autant de plaisir. Le fait d’avoir joué 18 ans dans la LNH et d’avoir connu le type de carrière que j’ai connu me permet de faire ce que j’aime dans la vie. Tant que je vais avoir du plaisir comme j’en ai eu cette année, je n’aurai aucune raison de regarder ailleurs.» 

Et la LNH? 

En début de saison, Roy avait d’ailleurs raconté au Journal qu’après son départ du Colorado, il avait envoyé tous ses documents aux poubelles et que, pour lui, c’était terminé le rôle d’entraîneur-chef. 

A-t-il changé son fusil d’épaule? Est-ce que la dernière saison passée avec les Remparts a assez ravivé la flamme pour qu’il considère un job de coach dans la LNH, si une opportunité se présentait? 

«Je n’ai pas de contrôle là-dessus. Au moment où on se parle, je ne suis pas à la recherche d’un emploi. J’en ai un et je suis très heureux», a-t-il simplement mentionné. 

Roy assure toutefois avoir de nouveau appris cette année, même s’il était de retour au niveau junior. 

«Nous [ses adjoints Martin Laperrière, Benoit Desrosiers et lui] ne regardions pas seulement les matchs de la LHJMQ, mais aussi ceux de la LNH afin de voir les changements que certaines équipes apportaient. On a fait plusieurs expériences avant d’en arriver à la façon avec laquelle on voulait jouer et le type de structure qu’on voulait utiliser. On a fait énormément d’expériences et je pense que ç’a été bénéfique en séries.»