/news/transports
Navigation

Des bornes électriques dans le Grand Nord... avant le tramway de Québec

La CAQ a d'autres priorités pour les millions du fédéral

Tramway
Photo courtoisie Ville de Québec Le financement du tramway se retrouvera certainement au cœur des discussions entre le ministre fédéral de l’Infrastructure, François-Philippe Champagne, et le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, qui se rencontrent cet après-midi, à Québec.

Coup d'oeil sur cet article

En plus de prioriser des projets de biométhanisation, le gouvernement Legault préfère se réserver une bonne partie des fonds «verts» fédéraux pour le Grand Nord, au lieu de s’en servir pour boucler le financement du tramway de Québec, comme le voudrait Ottawa.  

C’est ce que notre Bureau parlementaire a pu constater après avoir consulté une liste de projets ciblés par le gouvernement Legault dans le cadre de l’entente bilatérale intégrée signée en juin 2018 entre le Québec et le Canada.   

Le volet «infrastructure verte» de cette entente représente 1,8 milliard de dollars en fonds fédéraux disponibles pour réaliser des projets sélectionnés par la province.   

Rappelons qu’Ottawa voudrait que la province y prenne 800 M$ pour boucler le financement du projet de tramway du maire Labeaume, ce que le gouvernement Legault refuse, sous prétexte que d’autres projets ne pourraient se réaliser.   

La liste de projets obtenue par Le Journal révèle que le gouvernement Legault souhaite notamment piger près de 220 M$ dans cette enveloppe pour financer la réalisation de projets d’implantation de bornes de recharge électrique et d’efficacité énergétique sur des bâtiments localisés au nord du 55e parallèle.   

Énergie renouvelable  

Québec se réserve aussi 205 M$ de ces fonds «verts» fédéraux pour un projet «prêt à être soumis» d’intégration de l’énergie renouvelable dans des communautés, comme celle du Nunavik.   

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Québec compte faire valoir qu’en contrepartie, Hydro-Québec installera, à même son budget, une éolienne aux Îles-de-la-Madeleine.   

Invité à fournir des précisions, «le gouvernement est en discussions sur différents projets avec le gouvernement fédéral, et ces discussions sont au stade préliminaire», s’est limitée à dire Claude Potvin, attachée de presse du ministre de l’Énergie, Jonatan Julien, qui a refusé la demande d’entrevue du Journal.   

Comme martelé par le gouvernement Legault, des projets de biométhanisation dans différentes municipalités figurent en tête de liste. On y retrouve aussi le projet de traitement des boues de la Ville de Montréal. Ces derniers accaparent à eux seuls 320 M$ de l’enveloppe.   

Une autre part de 245 M$ est réservée au sous-volet «atténuation des catastrophes», par exemple pour lutter contre l’érosion. Le reste de l’enveloppe de 1,8 G$ est réservé pour le sous-volet «qualité de l’environnement», destiné à des projets d’eaux usées, d’eau potable et de décontamination des sols.   

Sur dix ans  

Mais il y a plus : à défaut de sacrifier les projets déjà identifiés par le gouvernement Legault dans le cadre de ce programme «d’infrastructure verte», il faudrait pratiquement attendre jusqu’à ce que la construction du tramway soit terminée avant que les 800 M$ proposés par Ottawa soient versés en totalité.   

Le tableau de répartition des fonds inscrits dans l’entente prévoit que le plus gros des sommes sera transféré par Ottawa en 2025-2026 (292 M$), 2026-2027 (319 M$) et 2027-2028 (381 M$). Les transferts prévus sont de seulement 32 M$ en 2018-2019 et 28 M$ en 2019-2020. Suivent 109 M$ en 2020-2021, 93 M$ en 2021-2022, 147 M$ en 2022-2023 et 184 M$ en 2023-2024.   

Une source a toutefois indiqué qu’il s’agit de versements estimés qui pourraient être revus par les deux paliers de gouvernement.   

Attendre après les élections?   

Même s’il dit avoir «encore confiance» en Justin Trudeau et son équipe, dont François-Philippe Champagne, François Legault craint maintenant qu’il faille attendre après les élections fédérales pour boucler le financement du tramway.   

«Malheureusement, là, il faut peut-être attendre à l’automne», a laissé tomber le premier ministre, lorsqu’il a été questionné à ce sujet en marge d’une visite d’entreprise à Québec, jeudi.   

«Les autres fonds [en infrastructure verte] sont déjà utilisés pour d’autres raisons, par exemple l’eau potable [...] plein d’autres utilisations dans d’autres régions du Québec», a réitéré M. Legault.   

«Il faut que le gouvernement fédéral, que le parti qui sera élu l’automne prochain s’engage à ce qu’on puisse piger [dans le volet transport en commun du programme fédéral] pour des projets ailleurs qu’à Montréal», a plaidé le chef caquiste.   

Exemples de projets ciblés par le gouvernement Legault dans le cadre du volet «infrastructure verte»  

320 M$  

Projets de biométhanisation des matières organiques ménagères et projets de traitement des boues de stations d’épuration des eaux usées, dont celui de la Ville de Montréal.   

219 M$  

Projets d’implantation de bornes de recharge électrique. Efficacité énergétique sur les bâtiments localisés au nord du 55e parallèle et valorisation des rejets thermiques.   

205 M$  

Intégration de l’énergie renouvelable dans les réseaux isolés, dont ceux du Nunavik, qui en seraient les bénéficiaires. Modernisation de centrales thermiques.   

70 M$  

Acquisition d’autobus électriques.   

245 M$  

Projets de prévention des risques liés à l’érosion côtière, aux inondations, à la fonte du pergélisol et aux îlots de chaleur.   

Montage financier du tramway souhaité par Ottawa   

Canada  

Volet transport en commun 400 M$  

Volet infrastructure verte 800 M$  

Total 1,2 G$  

Québec 1,8 G$*  

Ville de Québec 300 M$*  

Total 3,3 G$  

* Montants déjà confirmés par le gouvernement du Québec et la Ville de Québec

ÉCOUTEZ l'entrevue du journaliste Marc-André Gagnon à l'émission Trudeau le midi sur QUB radio

: