/sports/hockey/remparts
Navigation

[PHOTOS] Dubé sélectionné par l’équipe de France

Le jeune hockeyeur né dans l’Hexagone participera à un tournoi à Grenoble

Pierrick Dubé est revenu ramasser son équipement vendredi au Centre Vidéotron.
Photo Stevens LeBlanc Pierrick Dubé est revenu ramasser son équipement vendredi au Centre Vidéotron.

Coup d'oeil sur cet article

La saison de Pierrick Dubé n’est pas terminée. L’attaquant des Remparts de Québec a été invité à porter les couleurs de la France au Championnat mondial des moins de 18 ans division I – groupe A qui se déroulera du 14 au 20 avril non loin d’où il a grandi.

Dubé, qui a terminé sa deuxième campagne dans l’uniforme des Remparts à la suite de l’élimination en sept matchs au tour initial des séries aux mains des Mooseheads de Halifax, s’est envolé vers le Vieux Continent hier en prévision du tournoi qui aura lieu à Grenoble, située à environ une heure de Lyon, sa ville natale. Sa mère y réside toujours.

Nicolas Savoie et Pierrick Dubé
Photo Stevens LeBlanc
Nicolas Savoie et Pierrick Dubé

« Ça fait quelque temps que je le sais, mais avec les séries, j’essayais de ne pas trop y penser pour me concentrer sur les séries. Ça va me permettre de jouer deux semaines de plus. Il y a quand même de bonnes équipes comme l’Allemagne, la Norvège et le Danemark, toutes dans le groupe principal chez les pros », a mentionné celui qui détient la double nationalité canado-française, son père ayant connu une longue carrière professionnelle dans l’Hexagone.

Saison déterminante

Dubé en sera d’ailleurs à sa deuxième expérience internationale au sein de la sélection tricolore : il avait pris part à un camp de la formation des moins de 18 ans lors de sa saison recrue. « Je vais essayer de le ressortir, a-t-il rigolé en parlant de l’accent français. C’est tough à reprendre, ça sort tout seul, maintenant ! »

Limité à un rôle secondaire l’année où il avait 16 ans, le choix de première ronde des Remparts en 2017 a su gagner la confiance de l’entraîneur Patrick Roy au fil des mois, finissant la campagne avec une fiche de 17 buts et 11 mentions d’aide en 64 rencontres. En séries, il a secoué les cordages à deux reprises. L’an prochain, il sera un élément essentiel dans les succès du club junior majeur.  

Pierrick Dubé est revenu ramasser son équipement vendredi au Centre Vidéotron.
Photo Stevens LeBlanc

« En arrivant cette année, mon attitude n’était pas idéale au début, a-t-il reconnu après avoir ramassé son équipement au Centre Vidéotron. Je me laissais un peu aller, et j’ai remercié Patrick de m’avoir pris en main et de m’avoir rencontré de nombreuses fois.

« Après les Fêtes, ça a tout changé. Ça a paru aussi sur la glace. Grâce à Patrick, j’ai vraiment beaucoup appris. Il m’a fait grandir en tant que personne et en tant que joueur de hockey. J’ai beaucoup mûri. Je suis content de ma saison. »

Sergeev heureux de revenir

Victime d’une fracture de la clavicule au début mars, le Russe Aleksei Sergeev s’est dit heureux que son poste ait été confirmé pour une deuxième saison. Il restera une semaine de plus à Québec avant de rentrer dans son pays. 

Aleksei Sergeev
Photo Stevens LeBlanc
Aleksei Sergeev

« Je voulais revenir ici. J’ai aimé mon année. Philipp [Kurashev] a été d’une grande aide pour moi. Puis, on se comprenait bien sur la glace. J’ai eu une bonne première moitié de saison, et la deuxième n’a pas été trop bonne. Je veux être meilleur l’an prochain », a raconté l’attaquant de 18 ans, qui maîtrise de mieux en mieux l’anglais.

Par ailleurs, la loterie de la séance de sélection aura lieu le 18 avril prochain. Moncton (43 %), Val-d’Or (28 %), Shawinigan (14 %), Gatineau (10 %) et Saint John (5 %) auront des boules dans le boulier. Le repêchage se tiendra le 8 juin à Québec.

Pagliarulo veut s’assurer de garder son poste

Méconnu à son arrivée pendant la période des Fêtes, Carmine-Anthony Pagliarulo s’est avéré l’une des coqueluches des partisans des Remparts dans la deuxième moitié de saison en décrochant le poste de titulaire masqué. Il est prêt à exercer ce rôle de façon permanente en 2019-2020.

« Je veux avoir un bon été et je vais arriver prêt. C’est un poste, et je suis là pour le gagner, je ne veux pas le perdre. Oui, c’est mon objectif [d’être le numéro un à 19 ans] et ça ne va pas changer », a exposé le natif de Laval après avoir rencontré les membres du personnel.

Avant de débarquer dans la capitale à la suite des transactions impliquant Dereck Baribeau et Anthony Morrone, Pagliarulo n’avait que 14 matchs derrière la cravate avec l’Océanic de Rimouski, incluant huit cette saison.

Les choses ont rapidement déboulé pour lui, puisqu’il s’est hissé devant Kyle Jessiman dans la hiérarchie pour stopper le compteur à 22 matchs tout en maintenant une moyenne de buts alloués de 2,91 et un pourcentage d’efficacité de ,895. Il a aussi amorcé les sept matchs éliminatoires contre Halifax. « En travaillant avec Patrick et avec Ghislain [Rousseau], ce sont des gars qui connaissent ça. Patrick, on le connaît, et ils ont changé mon jeu. Ils ont simplifié mon jeu. Ce sont de petites choses qui ont fait une grande différence », a révélé celui qui sera jumelé à l’un des espoirs de 17 ans de l’organisation à cette position, l’an prochain.

Savoie, une révélation

Dans son bilan, jeudi, Patrick Roy a louangé la qualité de sa jeune brigade défensive. Le nom de Nicolas Savoie, qui a tourné le dos à la NCAA pour amorcer sa carrière junior à 16 ans, est souvent revenu dans les discussions.

« Ils m’ont dit qu’ils étaient contents de mon année parce que ce n’était pas les attentes qu’ils avaient pour moi que je joue autant que ça, a mentionné le Néo-Brunswickois. Je vais essayer de continuer à m’améliorer pour espérer avoir une chance dans le repêchage [de la LNH] l’année prochaine. »

Nicolas Savoie
Photo Stevens LeBlanc
Nicolas Savoie

Savoie, qui dit avoir amélioré sa vision du jeu et son contrôle du disque, se montre enthousiaste en pensant aux prochaines années.

« Le plus important là-dedans, c’est que nous sommes un bon groupe d’amis. C’est le fun de faire partie de ce groupe, alors il n’y a que du positif. On devrait avoir le même groupe l’année prochaine et, en ayant passé toute l’année ensemble, ça va aider pour l’année prochaine. »