/sports/hockey
Navigation

L’Océanic veut éviter le hockey de rattrapage

Rimouski a dû combler un autre retard vendredi soir avant de l’emporter

Océanic
Photo courtoisie, Guy Noel Le quatrième trio de l’Océanic, composé de Nathan Ouellet, Ludovic Soucy (67) et Parker Bowman (43), a été l’une des bougies d’allumage de Rimouski dans le match de vendredi.

Coup d'oeil sur cet article

RIMOUSKI | L’Océanic devra éviter le hockey de rattrapage pour atteindre le carré d’as pour l’obtention de la coupe du Président. À force de jouer avec le feu, la troupe de Serge Beausoleil finira par en subir les conséquences.

Pour une troisième fois en cinq rencontres, Rimouski a dû combler un autre retard pour l’emporter, vendredi soir, au Colisée Financière Sun Life.

Après un repos forcé de neuf jours, les Bas-Laurentiens semblaient déboussolés avant qu’Alexis Lafrenière, Olivier Garneau et Jimmy Huntington ne prennent les choses en mains, au dernier engagement, pour permettre à leur équipe de savourer un premier triomphe contre les Screaming Eagles du Cap-Breton.

Or, le meilleur trio de l’Océanic ne pourra pas toujours venir à la rescousse de leurs coéquipiers.

« On a oublié de mettre nos roues en première période. On appréhendait cela un peu. C’est une bonne équipe de l’autre côté, avec beaucoup de vitesse. J’ai aimé comment on a réagi, sans paniquer. Nous savions que l’adversaire aurait plus de momentum, ayant terminé leur série dimanche, et c’est tout à fait normal que cela arrive comme ça », estime le directeur-gérant et entraîneur-chef Serge Beausoleil ».

Une excuse qui ne tiendra plus

Pour la deuxième manche de la série quart de finale qui sera disputée dimanche après-midi à Rimouski, l’excuse du long congé ne tiendra plus. L’Océanic n’aura pas le choix d’imposer son rythme de croisière pour éviter la tempête.

« Les neuf jours sans jouer nous sont rentrés dans le corps », croit Charle-Edouard D’Astous. « Notre exécution a fait défaut. Ils nous ont pressés constamment dans les deux premières périodes. C’est à ce moment que la maturité d’une équipe peut servir. Il faut être prêt à faire face à ce genre de situation. Un retard d’un ou deux buts ne nous fait pas peur ».

Dans le calepin

Plusieurs liens unissent les deux équipes. Originaire du Cap-Breton, le gardien Colten Ellis porte l’uniforme de l’Océanic tandis que Wilson Forest, né à Matane, évolue chez les Eagles... De plus, Phélix Martineau, le frère de Vincent, défenseur à Rimouski, a joué sa carrière junior avec les Eagles... Le hockey s’est transformé dans les dernières années, mais le style pratiqué en séries éliminatoires demeure le même. Alexis Lafrenière a essuyé les coups de plusieurs joueurs des Screaming Eagles dans le match de vendredi... Les deux clubs quitteront vers le Cap-Breton dans le même avion, dimanche soir, après la rencontre.

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.