/weekend
Navigation

Ouverture vers les autres

Coup d'oeil sur cet article

Le Théâtre Duceppe, qui a récemment lancé sa nouvelle programmation, mise sur du théâtre américain et des créations d’ici pour attirer de nouveaux spectateurs. Il souhaite notamment, avec ses productions théâtrales, offrir une ouverture sur les autres en tentant de mieux les comprendre, permettant ainsi à chacun d’évoluer.

Les Hardings

<b><i>Les Hardings</i></b><br/>Bruno Marcil
Photo courtoisie, Théâtre Duceppe
Les Hardings
Bruno Marcil

Une des meilleures productions québécoises qui a vu le jour l’année dernière au Théâtre d’Aujourd’hui sera reprise chez Duceppe. L’auteure québécoise Alexia Bürger a obtenu le prix de la critique pour son texte, Les Hardings, ce qui a été un véritable coup de chapeau pour l’originalité de cette histoire : trois hommes portant le nom de Thomas Harding sont mis en scène, dont le cheminot devenu célèbre lors de la tragédie ferroviaire de Lac-Mégantic, un Américain new-yorkais ainsi qu’un troisième Harding qui habite en Angleterre. Les trois hommes qui ne se connaissent pas sont néanmoins unis par un lien mystérieux et finiront par se rencontrer. Un mélange de documentaire et de fiction mettant en vedette Bruno Marcil, Martin Drainville et Patrice Dubois. « C’est une production qui a beaucoup fait jaser », fait remarquer David Laurin.


► Dès le 15 janvier 2020

 

Héritage

<b><i>Héritage</i></b><br/>Frédéric Pierre
Photo courtoisie, Théâtre Duceppe
Héritage
Frédéric Pierre

La pièce Héritage est sans doute le meilleur exemple illustrant l’ouverture aux autres. On amorcera donc la saison avec un texte de l’auteure américaine Lorraine Hansberry, engagée dans la lutte des Noirs. « On a trouvé un metteur en scène noir et toute la distribution sera composée de Noirs, à l’exception d’Éric Paulhus », annonce le codirecteur artistique du Théâtre Duceppe, David Laurin. Les neuf comédiens qui seront sur scène, dont la tête d’affiche Frédéric Pierre, raconteront l’histoire d’une famille afro-américaine qui aspire à une vie meilleure après avoir reçu un héritage. La pièce est campée à Chicago dans les années 1950, alors que la communauté noire américaine commençait tout juste à avoir accès à des emplois suffisamment bien rémunérés pour accéder à la classe moyenne. « C’est la première fois que cette pièce est montée au Québec en français », précise-t-il.


► Dès le 4 septembre 2019

 

Fun home - Album de famille

<b><i>Fun home - Album de famille</i></b><br/>Ève Landry
Photo courtoisie, Théâtre Duceppe
Fun home - Album de famille
Ève Landry

Inspirée du roman graphique d’Alison Bechdel, la pièce Fun Home, écrite par l’auteure américaine Lisa Kron et la musicienne américaine Jeanine Tesori, est un théâtre musical campé dans un salon funéraire que l’on surnomme Fun home. La tête d’affiche Ève Landry interprétera une femme qui s’interroge sur le suicide de son père. La pièce qui a remporté cinq Tony Awards en 2005 évoque également la question de l’homosexualité. « Même si nous sommes dans un complexe funéraire, c’est une pièce drôle et touchante », souligne le codirecteur artistique. Trois musiciens seront sur scène.

Trois autres pièces

Parmi les autres pièces de la saison, mentionnons l’adaptation et la mise en scène de René Richard Cyr de Disparues, un texte de l’Américain Tracy Letts relatant la mystérieuse disparition d’un poète en Oklahoma qui sera retrouvé noyé. La distribution de 13 comédiens compte notamment Sophie Cadieux, Roger Léger, Évelyne Rompré et Marie-Hélène Thibault.

On pourra également voir en 2020 la pièce Les enfants, de Lucy Kirkwood, qui traite d’environnement et du legs générationnel. Danielle Proulx, Micheline Bernard et Germain Houde composent la distribution.

En fin de saison, on retrouvera sur scène le chanteur Michel Rivard dans la pièce musicale mise en scène par Claude Poissant L’origine de mes espèces, qui vient de prendre l’affiche au Théâtre La Licorne.