/news/society
Navigation

Un Beauceron honoré dans le Maine pour avoir sauvé deux motoneigistes

sauvetage deux motoneigistes bravoure christian jacques
courtoisie christian jacques La gouverneure de l’État du Maine, Janet Mills, aux côtés de l’homme d’affaires Christian Jacques, qui tient fièrement son certificat d’honneur.

Coup d'oeil sur cet article

Un homme d’affaires de la Beauce a récemment été honoré dans l’État du Maine pour avoir sauvé la vie de deux motoneigistes, le 24 février 2018.

Christian Jacques, propriétaire de l’usine Kapta à Notre-Dame-des-Pins, se trouvait alors à son chalet de Moosehead Lake, à moins d’une heure de Jackman, près de la frontière américaine.

« Il était minuit trente et je faisais de la pêche sur glace. Les motoneigistes revenaient d’une soirée et ils ont quitté le sentier balisé pour retourner à leur cabine de location. Ils ont suivi le même chemin, mais comme il avait fait chaud durant la journée, ils ont plongé dans l’ouverture du lac qui n’était pas gelée. Ils ont coulé dans 40 ou 50 pieds d’eau », explique-t-il.

Appel à l’aide

Heureusement pour les deux compagnons d’infortune, le courant est plutôt faible à cet endroit. Selon l’évaluation de M. Jacques, le duo était dans l’eau glacée depuis un peu moins de 10 minutes. À l’intérieur de son chalet, il n’aurait jamais pu les entendre.

« J’ai une lampe frontale très puissante. Le premier a réussi à se hisser sur la glace. J’étais seul dans la noirceur et j’ai entendu un petit appel à l’aide. J’ai vu des bandes réfléchissantes et je suis parti à la course. J’aurais pu les voir juste le lendemain matin, trop tard pour eux », ajoute-t-il.

En hypothermie et incapable de marcher, l’homme n’était plus en mesure de parler. De peine et de misère, Christian Jacques a réussi à le ramener à l’intérieur pour qu’il se réchauffe près du poêle à bois.

Avec une corde

« J’ai fini par comprendre qu’il y en avait un deuxième. Il pleurait. Je suis ressorti pour réveiller les voisins et avoir de l’aide. C’était dangereux, mais j’ai fini par le voir. Je l’ai encouragé à bouger et nager pour ne pas couler. Il était assez loin et j’ai commencé à me déshabiller pour aller le chercher, mais le voisin est arrivé avec une corde et on l’a hissé sur la glace. Ensuite, l’ambulance est arrivée. »

Satisfait de son geste héroïque, M. Jacques avoue que des flash-back sont revenus le hanter le lendemain. « Je recommencerais n’importe quand, mais tu réalises aussi dans quel danger tu t’es placé. »

Pas de contact

Le 27 mars dernier, à Winslow, l’homme de 48 ans a été honoré par la gouverneure de l’État du Maine, Janet Mills, pour son acte de bravoure. Christian Jacques n’a eu aucun autre contact depuis un an avec les deux rescapés, qu’il ne connaît pas. Pas de courriel, pas d’appel pour le remercier ni de visite. Peu de temps après l’incident, les policiers sont retournés les voir puisqu’ils n’auraient pas dû conduire ce soir-là.

« Ils étaient peut-être gênés. Ils sont partis avec mon linge chaud sans le ramener ! » termine-t-il en riant.