/entertainment
Navigation

3 tendances sur 2 roues

Coup d'oeil sur cet article

Des vélos électriques qui facilitent nos coups de pédale sur demande, des vélos de montagne dont le terrain de jeu ne cesse de croître et des vélos hybrides permettant de rouler vers l’aventure... Voilà trois tendances à vivre sur deux roues !

Une année « électrisante »

Photo courtoisie, Echo Sports

La popularité du vélo électrique se poursuit en 2019 et Alexandre Laporte, gérant de la boutique Echo Sports de Québec et de Vélo Shop, prévoit « une année électrisante ».

En permettant aux cyclistes de se prévaloir d’une assistance au besoin, ceux-ci peuvent parcourir de plus longues distances, donc de pédaler plus longtemps. Les côtes qui semblent insurmontables et les moments de fatigue ne freinent plus leur randonnée, que ce soit en ville ou en montagne.

« Les gens peuvent faire du vélo plus souvent, plus longtemps et plus loin », souligne Benjamin Philips, directeur des ventes et du marketing chez Demers, rappelant que ce type de bicyclette s’adresse à tout le monde, puis offre toujours la possibilité de se dépasser, de repousser ses limites.

Il est à noter que ces vélos dotés d’un moteur et d’une batterie ressemblent de plus en plus à des vélos de route ou de montagne, puis sont de moins en moins lourds, comme ceux de la compagnie Les vélos Sphérik.

Par ailleurs, on retrouve désormais sur le marché un modèle de type cargo, utilitaire, permettant de transporter des enfants et des bagages à l’avant.

Le vélo de montagne poursuit son ascension

Photo courtoisie, Echo Sports

« Le terrain de jeu à Québec prend de l’ampleur », se réjouit M. Laporte, expliquant ainsi la popularité grandissante du vélo de montagne. Les sites se multiplient dans la région, dont plusieurs plus près des villes.

« Les sentiers sont mieux aménagés, plus accessibles pour tout le monde », ce qui fait en sorte que davantage de sportifs s’initient, notamment plus de filles qu’avant, constate M. Philips.

Plusieurs nouveaux adeptes n’ont d’ailleurs pas hésité à troquer leur vélo de route pour un modèle de montagne. Des mordus se dirigent même vers le Vermont, notamment à Burke, pour pratiquer leur sport favori en famille, indique M. Laporte.

De la route vers l’aventure

Photo courtoisie, Echo Sports

Le vélo de route, aussi appelé cyclosportif, connaît une baisse de popularité, notamment en raison de la cohabitation parfois difficile avec les voitures et les risques d’accident.

Plusieurs cyclistes se sont donc tournés vers des vélos d’aventures hybrides, dont le gravel bike et le cyclo-cross.

En plus de pouvoir rouler sur l’asphalte, ceux-ci offrent la possibilité de piquer à travers champs, de s’engager sur des voies plus accidentées, comme sur la terre battue ou le gravier, en offrant notamment plus de confort et de stabilité, des freins plus performants, des pneus plus polyvalents, etc.

Les vélos de cyclotourisme, pour leur part, sont adaptés pour parcourir de grandes distances, réduisant les possibilités que des pépins surviennent en chemin. Par exemple, ils sont souvent en acier, un matériau durable, qui peut être soudé lorsqu’un bris survient et qui peut recevoir de plus grosses charges, même une remorque, explique M. Philips.

Confort maximisé, porte-bagages, lumières qui se rechargent automatiquement... Tout est pensé pour ne pas rester pris sur la route.