/weekend
Navigation

[VIDÉOS] Nashville Skyline, l’Héritage souriant de Bob Dylan

Bob Dylan
Photo WENN Bob Dylan

Coup d'oeil sur cet article

Revendicateur et engagé, Bob Dylan se dévoile sous un tout nouveau jour, au printemps 1969, avec l’album Nashville. La voix éraillée et nasillarde a disparu et l’artiste protestataire et ténébreux affiche un large sourire sur la pochette de cet album qui aura bientôt 50 ans. 

Lancé le 9 avril 1969, le neuvième disque studio de l’artiste américain, qui est alors âgé de 28 ans, est une incursion dans le country. Un album qui, selon plusieurs spécialistes, représente le premier jalon du style «americana». 

Une collection de 10 chansons, qui dure 27 minutes, où l’on retrouve Lay Lady Lay, pierre angulaire de cet album, et qui a été reprise par plusieurs artistes, dont The Birds, The Isley Brothers, Duran Duran, Angelique Kidjo et Ministry, dans une version sombre et décapante. 

Les critiques sont décontenancés par les nouvelles chansons de Robert Allen Zimmerman, dit «Bob», signataire des Blowin’ in the Wind, The Times They Are a-Changin, Maggie’s Farm, Like A Rolling Stone et All Along the Watchtower. L’ensemble est plus léger, moins complexe et pas aussi engagé. 

Un ton qui détonne avec l’air du temps et un pays secoué par les assassinats de Martin Luther King Jr et du sénateur Robert Kennedy, les émeutes raciales, l’arrivée de Richard Nixon au pouvoir, le conflit au Vietnam et les vagues de protestation. 

Dylan délaisse les questions de justice sociale, le blues et le folk traditionnel. 

La pochette de l’album Nashville Skyline.
Photo courtoisie
La pochette de l’album Nashville Skyline.

Une nouvelle voix 

Les nouvelles couleurs musicales sont en continuité avec les explorations effectuées sur l’album John Wesley Harding, lancé deux ans plus tôt. 

L’album s’ouvre au son d’un duo avec Johnny Cash sur la pièce Girl from the North Country. Un titre que l’on retrouvait sur le disque The Freewheelin’ Bob Dylan paru en 1963. 

Les deux artistes se vouaient une admiration mutuelle et la réunion de ces deux voix mythiques représente, 50 ans plus tard, un moment énorme. 

Les deux artistes ont enregistré une quinzaine de chansons en une journée. Johnny Cash écrira les titres Ring of Fire, Big River et I Walk the Line durant cette séance de travail et d’enregistrement. 

En mai 1969, les deux artistes se retrouvent sur le plateau de la première émission du Johnny Cash Show pour interpréter Girl from the North Country

La voix nasillarde de Dylan laisse place à des tonalités vocales moins éraillées et de type crooner

«Dylan fait assurément quelque chose qu’on peut appeler chanter sur ce disque. Il a réussi à ajouter une octave à sa voix», a écrit le magazine américain Variety à l’époque. 

Bob Dylan aurait arrêté la cigarette et ceci expliquerait cette «nouvelle» voix plus chaude et plus ronde. 

Non à Woodstock 

Élément plutôt rarissime dans la discographie de Bob Dylan, on retrouve une pièce totalement instrumentale avec Nashville Skyline Rag

Enregistré avec des musiciens de studio de Nashville, l’album connaît du succès et se hisse à la troisième position dans le Billboard 200 et la première au Royaume-Uni. 

Invité à faire Woodstock, Bob Dylan avait refusé sous prétexte qu’un de ses enfants était malade. 

Quelques mois plus tard, le 31 août, Bob Dylan sera une des têtes d’affiche du festival Isle of Wight, au Royaume-Uni, avec les Who, The Band, The Nice et Joe Cocker.