/sports/hockey
Navigation

L’Océanic se brûle pour la première fois des séries

Rimouski ne peut contenir Cap-Breton et s’incline 2 à 1

L’Océanic se brûle pour la première fois des séries
Photo Iften Redjah-Folio

Coup d'oeil sur cet article

RIMOUSKI | À force de jouer avec le feu, les joueurs de l’Océanic se sont brûlés au troisième degré, dimanche après-midi, au Colisée Financière Sun Life de Rimouski.

Offrant une autre performance en dents de scie, la troupe de Serge Beausoleil a de nouveau été habitée d’un sentiment d’urgence en troisième période pour revenir de l’arrière.

Or, le mal était déjà fait. Le but de Mitchell Balmas au dernier vingt a concrétisé une victoire des Screaming Eagles du Cap-Breton par la marque de 2-1 contre l’Océanic, devant 4000 spectateurs stupéfaits à leur sortie de l’amphithéâtre.

Les oiseaux créent ainsi l’égalité 1-1 dans l’affrontement en quart de finale entre les deux équipes.

Contrairement à trois de ses cinq rencontres précédentes en séries éliminatoires, Rimouski n’a pas été assez efficace cette fois pour se sortir de son impasse dans la deuxième moitié du match.

« Il faut arrêter de penser qu’on est invincibles », estime le directeur général et entraîneur-chef de l’Océanic, Serge Beausoleil. « Ce n’est pas parce qu’ils prennent les devants qu’on joue avec le feu. Ils ont le droit de marquer des buts. Les négatifs trouvent toujours des problèmes aux solutions. On vient de gagner cinq games en ligne, c’est loin d’être parfait le hockey. Ma lecture est différente qu’on attend d’être acculés au pied du mur pour avancer. »

Mandolese sensationnel devant le filet

Après une première période durant laquelle l’Océanic a bénéficié des meilleures chances de marquer, Mathias Laferrière a ouvert le pointage pour les Eagles au début de l’engagement médian en récupérant une rondelle sautillante devant le gardien Colten Ellis.

À l’autre bout de la patinoire, Kevin Mandolese a été sensationnel quand il a privé Jimmy Huntington d’un but en sortant la mitaine au tout dernier moment, étendu sur la patinoire.

Il s’agissait seulement d’un des trois lancers des Bas-Laurentiens dirigés au filet adverse au cours de ces 20 minutes de jeu.

Imposer le momentum

Alexis Lafrenière a redonné espoir à son équipe en marquant avec un peu plus de deux minutes à disputer en temps réglementaire, mais Mandolese a fermé la porte par la suite.

« Depuis le début des séries, on a rarement pris les devants. C’est à nous d’imposer notre momentum le plus rapidement possible. C’est une grosse équipe qui joue bien défensivement, avec un bon échec avant. C’est vraiment une belle équipe de hockey », constate le prolifique attaquant de l’Océanic.

Après avoir voyagé dans le même avion dimanche soir, les deux camps ennemis se retrouveront mardi soir au Centre 200 de Sydney.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.