/news/green
Navigation

La tempête de trop pour la région de Québec

La dernière bordée en déprime plusieurs et coûte cher aux déneigeurs privés

Coup d'oeil sur cet article

 La bordée de neige tardive qu’a reçue la région de Québec lundi et la nuit dernière aura eu l’effet du coup de grâce de dame nature pour plusieurs et en particulier pour des déneigeurs à qui la dernière tempête coûtera des milliers de dollars puisque leurs véhicules n’étaient plus immatriculés.  

 La quinzaine de centimètres de neige qui s’est abattue sur Québec, accompagnée de rafales de vent atteignant 60 km/h, est probablement celle de trop pour certains, mais n’est pas exceptionnelle au niveau statistique. 

 La région a l’habitude des chutes de neige tardives alors que 10 centimètres et plus se sont ajoutés en avril lors des quatre dernières années. Même que 36 centimètres s’étaient accumulés l’an dernier entre le 1er et le 30 avril. La tempête la plus tardive à Québec est même venue le 29 avril, en 1947. 

 Un hiver de 5 mois

 Le météorologue de Météomédia Réjean Ouimet admet toutefois que la dernière bordée a un effet psychologique marquant en raison de l’hiver déjà difficile que nous avons traversé. 

 «Il y a un aspect fondamental à l’hiver 2019 qu’il ne faut pas négliger et c’est qu’il a commencé presque à la fin octobre. Habituellement, quand ça part en lion, ça manque de gaz avant la fin, mais pas cette année alors que ça n’a jamais lâché», fait remarquer l’expert, précisant qu’un autre 5 à 10 centimètres pourrait tomber mardi. 

 La bonne nouvelle est toutefois que les traces de la neige accumulée lundi et mardi mettront moins de temps à s’effacer. «Rendu à la mi-avril, entre 4 et 7 jours et les traces disparaissent. On va pouvoir se remettre sur (la fonte de) la neige de l’hiver», lance Réjean Ouimet. 

 Les déneigeurs à bout

 Cette bordée de neige est loin d’être appréciée par les propriétaires de compagnies de déneigement dont les contrats résidentiels sont échus depuis le 1er avril. 

 La date concorde avec la fin de la période de validité de l’immatriculation de la flotte de véhicules qui se termine le 31 mars. Jean-François Bédard, d’Entretien JFB, a été contraint de renouveler l’immatriculation de ses véhicules, lundi, afin d’être en mesure de desservir ses clients pour une seule tempête. 

 «C’est énorme comme coûts supplémentaires. On a 25 tracteurs sur la route alors ça peut facilement se chiffrer à 15 000 $ pour une journée comme aujourd’hui (lundi)», ajoute-t-il. 

 «Ce sont des sorties dont on aimerait se passer. On commence à vendre nos services d’été alors ce n’est pas bon pour les ventes et ça retarde le business au complet», ajoute Simon Jourdain, du Groupe Essa, qui soutient que les dépenses reliées à la tempête de lundi peuvent frôler les 75 000 $. 

 Facture salée à prévoir

 Les clients devront donc forcément s’attendre à une hausse des tarifs de déneigement pour la saison 2019-2020 d’autant plus que les trois derniers hivers ont été rigoureux et se sont éternisés. Selon les entrepreneurs contactés par Le Journal, les hausses pourraient atteindre les 20 % à 30 % dans certains cas. 

 «Ça fait 5 mois qu’on est dans la neige. Si ça va à la fin avril, ça va faire 6 mois. C’est quelque chose, quand j’ai commencé, c’était 3 mois d’hiver maximum», constate Simon Jourdain. «Il y a une augmentation non pas sur les services rendus, mais parce qu’il y a une plus grande période de couverture de services», ajoute le copropriétaire du Groupe Essa. 

 Les profits sont difficilement réalisables depuis quelques années, selon le propriétaire d’Entretien JFB. «On essaie juste de ne pas avoir une année déficitaire. Ce n’est pas évident, on est obligé de piger dans nos vieux bas de laine. (...) Si on a un autre gros hiver l’an prochain, certaines entreprises vont devoir fermer», tranche-t-il. 

 Quelques statistiques sur la neige en avril

 Quantité de neige reçue en avril au cours des cinq dernières années   

  •  2018: 36 cm 
  •  2017: 18 cm 
  •  2016: 10 cm 
  •  2015: 10 cm 
  •  2014: 4 cm  

 Moyenne des 30 dernières années: 13 cm 

 Date moyenne de la dernière bordée de l’année: 19 mars 

 Date de la tempête la plus tardive: 29 avril 1947 

 Source: Météomédia