/sports/others
Navigation

Une victoire qui tombe à point pour Raphaël Gagné

Le cycliste québécois a remporté l’or samedi au Mexique

Raphaël Gagné a pris la pose quelques minutes après avoir remporté le Championnat panaméricain de vélo de montagne samedi, au Mexique.
Photo courtoisie, Raphaël Gagné Raphaël Gagné a pris la pose quelques minutes après avoir remporté le Championnat panaméricain de vélo de montagne samedi, au Mexique.

Coup d'oeil sur cet article

Sans équipe depuis le retrait du commanditaire principal de sa formation britannique Silverback OMX, Raphaël Gagné a néanmoins remporté la médaille d’or du championnat panaméricain de vélo de montagne disputé, samedi, à Aguascalientes au Mexique.

Médaillé d’argent en 2013 et de bronze en 2014 à respectivement neuf secondes et une minute du vainqueur, Gagné s’est imposé pour la première fois de sa carrière au championnat continental élite.

« Cette victoire alors que je n’ai plus d’équipe et que je vis une période d’incertitude et de stress confirme des choses, a raconté Gagné. Cette victoire ouvre la porte à ce que des partenaires privés m’écoutent et voient l’opportunité de se joindre à moi dans une année où le championnat mondial se déroulera à la maison avec la visibilité que cela comporte pour les coureurs québécois et leurs partenaires. Ça ajoute à ma crédibilité et ça démontre que les Jeux olympiques de 2020 ne sont pas un grand rêve, mais un objectif bien réel. C’est mon objectif depuis mon retour des Jeux de Rio. »

Améliorer sa position

L’année 2019 est déterminante pour les Jeux de Tokyo. Les sélections olympiques sont commencées depuis le 1er juin 2018 et prendront fin le 31 mai 2020. « Je suis un athlète rendu à maturité et c’est le temps que ça marche, a-t-il illustré. C’est cette année que ça passe et non l’an prochain. C’est le temps de récolter les fruits de mon travail. Avec l’aide de l’équipe canadienne, j’ai pu avoir une bonne préparation en altitude en Californie avant de me présenter au Mexique, mais ça ne suffit pas. »

Déjà sélectionné pour les premières étapes de la Coupe du monde qui auront lieu en mai en Europe, Gagné veut continuer d’améliorer son classement UCI. Sa victoire en sol mexicain lui permettra, croit-il, de passer du 60e au 40e rang mondial, ce qui va lui procurer une meilleure position de départ.

« Je ne peux pas partir en Europe avec mon vélo de l’an dernier, a-t-il indiqué. Ça change tellement vite. Il est relativement désuet. Si rien ne débloque, je vais me trouver un vélo à rabais. Une saison sur le circuit de la Coupe du monde coûte entre 20 000 $ et 30 000 $. Je fais attention à toutes mes dépenses. »

Fort d’une entente de trois ans paraphée en février 2018, Gagné s’est retrouvé le bec à l’eau lorsque son équipe a été incapable de dénicher un nouveau partenaire principal. « En mars et avril, il est trop tard pour se dénicher une équipe. C’est déjà une catastrophe quand tu n’as pas de contrat en novembre ou décembre. Parce que j’étais sous contrat pour trois ans, je ne pouvais pas quitter même si je savais que l’équipe éprouvait des problèmes. Je me suis retrouvé au début de l’année sans contrat. »