/travel
Navigation

Charte des voyageurs: des lignes aériennes veulent plus de temps pour s'ajuster

Coup d'oeil sur cet article

Les principales lignes aériennes canadiennes demandent au gouvernement fédéral de reporter l’application de la charte des voyageurs qui doit entrer en vigueur le 1er juillet prochain.

Tandis que les élus travaillent à l'écriture des derniers règlements de cette charte, le Conseil national des lignes aériennes du Canada estime qu'il manque encore trop de détails pour permettre à ses membres de s'ajuster dans un délai aussi court.

«Il est absolument impossible, en quelques semaines, d’apporter les corrections et les changements aux systèmes informatiques complexes des compagnies aériennes et de fournir la formation aux milliers d’employés qui y travaillent», a plaidé le président de l’organisation, Massimo Bergamini.

Le Conseil représente Air Canada, WestJet, LP Aviation Jazz et Air Transat, qui transportent deux millions de passagers par semaine au pays. Selon l’organisation, la précipitation pourrait se refléter dans le coût des billets.

«On ne fait pas de menaces, a assuré M. Bergamini. S’il y a une note qui est transmise aux passagers, ce sera à cause du cadre réglementaire du ministre Marc Garneau.»

L'Office des transports a pourtant évalué ce que l’application de la charte devrait coûter aux lignes canadiennes sur 10 ans, a rappelé Jacob Charbonneau, PDG de Volenretard.ca.

«L’Office des transports a fait l’exercice. Ils ont évalué que ça représente 2,75 $ par billet pour les passagers s’il n’y a aucun changement à la charte. C’est un très petit coût. On ne croit pas qu’il s’agisse d’un argument qui puisse repousser l’application de la charte.»

Quant au ministre des Transports Marc Garneau, il a répété aujourd’hui que l’échéance du 1er juillet demeure une priorité pour son ministère.

«Il n’y a pas de surprise ici. Ils ont eu l’occasion de se préparer pour ce qui s’en vient très bientôt», a-t-il souligné.

Reste à voir à quelques mois des élections fédérales quel poids aura ce puissant lobby dans la rédaction cruciale des derniers règlements d’une charte déjà moins généreuse que celle qui est en vigueur en Europe.