/finance/business
Navigation

Des appuis syndicaux pour Québecor dans son conflit avec Bell

Bloc Bell logo
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Le Syndicat des employé(e)s de TVA et le Conseil provincial du secteur des communications du SCFP-Québec ont annoncé mardi qu’ils soutiennent Québecor dans le conflit qui l’oppose à Bell.

Québecor a confirmé mardi que la chaîne TVA Sports ne serait plus disponible pour les abonnés de Bell, qui refuse d’ajuster les redevances qu’elle verse pour pouvoir diffuser la chaîne sportive.

«Nous avons déterminé que le fournisseur Bell favorise sa propre chaîne de sports (RDS) de manière injuste dans son premier forfait offrant des chaînes spécialisées, ce qui cause préjudice à la chaîne TVA Sports», peut-on lire dans le communiqué du Syndicat.

Le Syndicat des employé(e)s de TVA demande au CRTC d’agir rapidement pour régler «cette injustice, qui a un impact négatif sur le Groupe TVA, les employés et la politique canadienne de radiodiffusion».

Dans un autre ordre d’idée, le Syndicat souhaite également que l’industrie travaille de concert pour contrer les géants étrangers du numérique.

«Pour que les consommateurs aient les meilleures offres possible pour contrer l’effet des services par contournement tels que Netflix et autres», conclut le communiqué du Syndicat.

Juste valeur

Québecor a fait paraître une série de publicités télévisée et écrite annonçant qu’elle couperait le signal de TVA Sports aux abonnés de Bell dès 19 h mercredi.

«En ne payant pas la juste valeur de TVA Sports, Bell va priver ses abonnés des séries éliminatoires, à la suite du retrait du signal de la chaîne. C’est une question d’équité», peut-on lire dans le message.

Cette annonce fait suite à une série de sorties publiques du président-directeur général et chef de la direction, Pierre Karl Péladeau, qui réclame un ajustement et des réformes importantes au chapitre du financement pour assurer la rentabilité financière et la pérennité des chaînes spécialisées.