/sports/opinion/columnists
Navigation

Canadien: les joueurs forcent Bergevin à réagir

Carey Price a été le meilleur joueur du Canadien, cette saison.
Photo PIerre-Paul Poulin Carey Price a été le meilleur joueur du Canadien, cette saison.

Coup d'oeil sur cet article

Le Canadien a encore raté les séries, mais l’équipe est vraiment rendue ailleurs qu’en avril 2018. Les joueurs ont fait leur job et ils forcent le directeur général, Marc Bergevin, à réagir. Plus que jamais, lui et Geoff Molson doivent être agressifs sur le marché des joueurs autonomes.

Presque tout le monde au Québec parlait de reconstruction à pareille date l’an dernier, sauf Bergevin qui parlait de « reset » et d’attitude. Je dois lui donner une note d’au moins 90 % parce qu’il a apporté une nouvelle énergie, notamment avec l’acquisition de Max Domi et Tomas Tatar.

Il n’y a plus de distractions dans l’air, comme les cas Max Pacioretty et Alex Galchenyuk, et si on remonte un peu plus loin, P.K. Subban. On commence à voir la relève avec Jesperi Kotkaniemi et la spectaculaire arrivée de Ryan Poehling dans le dernier match de la saison.

C’est particulier que le Canadien ait raté les séries avec 96 points, mais il n’y a aucun doute dans mon esprit que Montréal est désormais une destination plus attrayante pour les joueurs autonomes.

Il y a beaucoup de positif autour de l’équipe et je crois que le Canadien n’est pas tellement loin de devenir une équipe aspirante, mais il manque encore quelques bons éléments. La balle est dans le camp de Bergevin et de Geoff Molson.

Le Canadien peut s’améliorer à toutes les positions. C’est évident qu’on a besoin d’un gardien de but numéro deux et je ne vois pas de problème à débourser jusqu’à 2 millions $ pour pourvoir ce poste. C’est probablement le cas le plus facile à régler.

Coup de main

Que ce soit à l’attaque ou à l’arrière, Bergevin devra saisir l’opportunité qui se présentera. Les excellents joueurs disponibles sont rares. S’il a une chance de mettre sous contrat un Arteri Panarin ou un Matt Duchene, il devra la saisir. Il doit payer et il a de la place sur sa masse salariale.

Je le dis souvent, un directeur général qui va chercher un ou deux gros joueurs en été motive ses joueurs. Si je suis Carey Price, je veux que Bergevin me donne un coup de main. Je veux me rendre plus loin l’an prochain.

Je veux que mon DG prenne au sérieux tous les efforts que nous avons déployés jusqu’à la fin pour participer aux séries éliminatoires.

Bergevin n’a pas le choix et je crois qu’il va tenter d’accélérer le processus après cette saison, inespérée. La catastrophe de 2017-18 est loin derrière.

Mes trois points positifs

Le facteur le plus important de la saison est assurément le retour en force de Carey Price et je suis davantage impressionné du fait qu’il a renversé la vapeur après un début de saison difficile.

Depuis le mois de décembre, il a été dominant. Il est le joueur de l’année du Canadien et il a repris le contrôle du vestiaire. Il n’a peut-être pas les statistiques pour gagner le trophée Vézina, mais je crois qu’il sera parmi les trois finalistes.

L’acquisition des Max Domi et Tomas Tatar par Bergevin a été un facteur majeur dans les succès de l’équipe. Je retiens aussi le retour en santé de Shea Weber et j’ajouterais la découverte de Phillip Danault.

Mes trois points négatifs

L’anémie du jeu de puissance du Canadien et l’inefficacité d’Antti Niemi comme gardien auxiliaire sont les deux points négatifs majeurs.

Comme troisième point, j’ajouterais Jonathan Drouin. Il s’est amélioré, mais c’est juste dommage qu’il n’occupe pas sa vraie place dans l’équipe. Ça ne me rentre pas dans la tête que Max Domi ait plus de points que lui. J’ai tout de même confiance qu’il revienne en force.

-Propos recueillis par Gilles Moffet

Entrefilets

Claude Julien
J’ai bien aimé le travail de Claude Julien, cette saison. Après la difficile saison 2017-18, je crois qu’il a retrouvé le plaisir de diriger. Ça paraissait dans ses commentaires d’après-match. Il avait plus d’options dans son jeu et il n’a pas eu peur de faire des changements.
 
Ryan Poehling, surréel
Quelle performance de Ryan Poehling, samedi ! Trois buts, plus un quatrième qui donne la victoire en tirs de barrage. Incroyable ! Ça termine la saison sur une note d’espoir. Il ne faut juste pas partir en peur. On savait que Poehling était bon et il l’a démontré. Incidemment, ce sont les Yellow Jackets d’American International College, l’équipe de mon neveu, Chris Theodore, qui a éliminé celle de Poehling (St. Cloud State), dans la NCAA le 31 mars. Une grosse surprise.
 
Mes prédictions
C’est l’heure des prédictions et je plonge. Tampa Bay aura raison des Blue Jackets de Columbus en cinq parties. Les redoutables Penguins de Pittsburgh feront de même avec les Islanders de New York. Peu de gens croient aux Maple Leafs de Toronto, mais ils vont battre les Bruins de Boston en six parties. Jaroslav Halak sera appelé en relève devant le filet des Bruins. Les Capitals de Washington vont en arracher avec les Hurricanes de la Caroline, mais ils vont l’emporter en sept parties. Braden Holtby soulève des doutes, mais j’ai confiance qu’il retrouve ses moyens comme l’an dernier.
 
Dans l’Ouest, je crois aux Golden Knights de Vegas. Ils ont prouvé qu’ils n’étaient pas une équipe Cendrillon et ils vont battre les Sharks de San Jose en six parties. Les Stars de Dallas vont surprendre les Predators de Nashville en sept. Les Jets de Winnipeg vont se frotter aux coriaces Blues de St-Louis, mais leur expérience les servira et ils gagneront en sept. Les Flames de Calgary vont battre l’Avalanche du Colorado en sept. Je ne suis pas un grand fan de leur gardien, Mike Smith, mais j’ai l’impression qu’il va connaître de grosses séries.