/entertainment/stage
Navigation

Embargo: une impossible réconciliation

Lauren Hartley et Nicolas Dionne-Simard offrent un beau duel dans Embargo

Nicolas Dionne-Simard et Lauren Hartley reproduisent avec justesse les émotions, les malaises et les contradictions d’un jeune couple incapable d’avancer.
Photo courtoisie, Cath Langlois Nicolas Dionne-Simard et Lauren Hartley reproduisent avec justesse les émotions, les malaises et les contradictions d’un jeune couple incapable d’avancer.

Coup d'oeil sur cet article

Ils ont déjà été amoureux, mais les choses, un jour, ont changé. Ils se retrouvent quelques mois après leur rupture. Le gars souhaite une réconciliation. La fille ne veut rien savoir.

Premier texte de Lauren Hartley, Embargo est un huis clos entre deux personnages qui font un retour sur ce qu’ils ont vécu et sur ce qui les a séparés.

Des gestes ont été posés. Des murs ont été érigés. Les malaises et les contradictions sont au rendez-vous.

À l’affiche jusqu’à samedi à Premier Acte, Embargo est un affrontement entre un gars et une fille. Deux personnes qui n’ont pas de noms.

Lauren Hartley personnifie la fille, Nicolas Dionne-Simard, le gars.

Joute verbale

Embargo est une joute verbale entre ces deux « ex ».

Il débarque, sans s’annoncer, à la fête d’anniversaire de la sœur de son ex. Il n’est pas du tout le bienvenu. Il parle, il tente d’amorcer un dialogue, mais la fille demeure dans le silence. Elle est fermée et elle veut qu’il parte. Il lui réclame 30 minutes pour s’expliquer.

Une infidélité commise par le gars est à l’origine de la rupture. Il s’excuse.

Mis en scène par Olivier Lépine, Embargo s’ouvre de façon très cinématographique avec une série de plans où les deux comédiens changent de position et d’endroit, lorsque la salle est plongée dans le noir. Le procédé mis en place est intéressant.

Et tout à coup, l’animosité qui est palpable, entre les deux individus, surtout du côté de la fille, disparaît. Le couple se retrouve au même endroit, quelques semaines plus tard. Ils ont décidé de peut-être se donner une autre chance.

Un saut dans le temps qui est un peu flou et imprécis. On se demande à ce moment-là à quel endroit se situe ce que l’on voit dans l’espace-temps.

Complices, ils font face, à nouveau, à leurs contradictions. La fille souhaite que le gars parle « cochon », et lui, à l’opposé, a plus envie d’être romantique.

Ils ont de la difficulté à être ensemble au même endroit. Comme ils ont de la difficulté à mettre le passé derrière eux. Ils alimentent le conflit en revenant constamment sur le sujet.

Franchir des limites

Et tout à coup, on constate que certaines limites, par orgueil, ego et vengeance, peuvent être franchies et que des gestes impensables peuvent être posés.

La joute entre le gars et la fille est l’aspect intéressant d’Embargo. Lauren Hartley et Nicolas Dionne-Simard jouent avec justesse les malaises et les états émotionnels d’un couple qui est parfois complice, parfois fermé, et la plupart du temps dans l’incompréhension. Les deux comédiens sont vrais et justes dans leurs hésitations, même si, à certains moments, on ne se sent pas totalement happés par leur situation.

Est-ce que tout ça s’est véritablement produit ? Est-ce que tout ça est de la manipulation ? Le flou s’installe.