/world/pacificasia
Navigation

Les élections en Inde, des chiffres monumentaux

Les élections en Inde, des chiffres monumentaux
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Avec 900 millions d’électeurs appelés aux urnes, soit près d’un être humain sur huit, les législatives indiennes qui s’ouvrent jeudi sont les plus grandes élections jamais organisées. 

Des montagnes enneigées de l’Himalaya au nord aux côtes tropicales 3000 kilomètres plus au sud, l’organisation de ce scrutin représente un défi logistique considérable. 

Voici des chiffres à connaître sur ce vote aux dimensions gigantesques : 

Qui vote ?

Tous les Indiens âgés de 18 ans ou plus au 1er janvier 2019 ont le droit de voter. Ce qui représente près de 900 millions personnes sur 1,3 milliard d’habitants, d’après la commission électorale. 

84 millions de jeunes électeurs ont été ajoutés au registre électoral depuis les précédentes législatives en 2014 et pourront donc voter pour la première fois à un scrutin national. 

Un peu moins de la moitié des électeurs sont des femmes. 300 millions sont analphabètes. Environ 39 000 électeurs sont enregistrés comme transgenres. 

Depuis 2010, les Indiens résidant à l’étranger ont aussi le droit de voter. 

Qui se présente ?

Près de 2300 partis politiques sont enregistrés en Inde, mais seuls sept sont reconnus au niveau national et 59 au niveau de différents États. 

543 sièges de députés sont pourvus au scrutin uninominal majoritaire à un tour. Les deux députés restants, représentant la communauté anglo-indienne, sont directement nommés par le président indien sur proposition du gouvernement. 

Le Bharatiya Janata Party (BJP) du Premier ministre Narendra Modi et le parti du Congrès de Rahul Gandhi sont les deux grands partis nationaux. Mais des formations plus petites peuvent jouer un rôle crucial en cas de formation d’une coalition parlementaire pour atteindre la barre de la majorité absolue, établie à 273 sièges. 

Qui organise ?

Près de 10 millions d’officiels seront mobilisés pour assurer le déroulement des élections, sous la supervision de la commission électorale dont le siège est à New Delhi. Cet organe indépendant a des pouvoirs extrêmement étendus en période électorale. 

L’élection se déroule sur près de six semaines, les régions votant à tour de rôle pour des raisons logistiques. Cette année, le scrutin est découpé en sept phases différentes, dont la dernière aura lieu le 19 mai. 

Il est stipulé dans le code électoral indien qu’aucun électeur ne doit avoir à parcourir plus de deux kilomètres pour voter.  

Cette règle entraîne parfois des scènes insolites. Dans l’État d’Arunachal Pradesh (nord-est), une vingtaine de responsables électoraux et de policiers doivent parcourir à pied six kilomètres à travers la jungle pour installer un bureau de vote... pour un seul électeur.