/sports/others
Navigation

Marois et Betts au sommet

La basketteuse et le footballeur décrochent le titre d’athlète par excellence de l’année

Sarah-Jane Marois et Mathieu Betts sortent grands gagnants du Gala Rouge et Or présenté mercredi soir au PEPS.
Photo Jean-François Desgagnés Sarah-Jane Marois et Mathieu Betts sortent grands gagnants du Gala Rouge et Or présenté mercredi soir au PEPS.

Coup d'oeil sur cet article

L’ailier défensif Mathieu Betts et la garde Sarah-Jane Marois ont été couronnés athlète par excellence de la 68e édition du Gala Rouge et Or qui s’est déroulé, mercredi, au PEPS.

Pour Betts, il s’agit d’un troisième titre consécutif, un exploit jamais réalisé dans l’histoire de l’événement. La nageuse Sophie Simard a aussi remporté trois titres (2001, 2002 et 2004). Quant à Odette Lapierre de l’équipe d’athlétisme, elle a mis la main sur le titre en 1985, 1986, 1989 et 1993, mais elle évoluait dans les rangs civils lors de son dernier sacre.

«Ça termine bien l’année, a souligné Betts. C’est flatteur comme titre. Je n’aurais pas pu mieux écrire l’histoire de notre saison. Une saison parfaite et un titre de la Coupe Vanier à domicile.»

«Ce titre aurait pu aller à quelqu’un d’autre, d’ajouter l’ailier défensif toujours aussi modeste. On n’aurait pas gagné la Coupe Vanier sans notre quart-arrière Hugo Richard qui a joué son meilleur football en carrière dans les séries éliminatoires. Vicho (Vicente Ignacio Parraguirre Villalobos) a connu toute une saison qui s’est conclue par une médaille de bronze au championnat canadien et Jean-Simon (Desgagnés) a tout gagné.»

Betts est-il nostalgique à l’idée d’avoir disputé son dernier match dans les rangs universitaires? «C’est un peu spécial de ne pas faire les tests physiques avec les gars de l’édition 2019 en fin de semaine, a-t-il reconnu. Il y a de bons éléments et je suis excité de les regarder avec un œil extérieur.»

Récipiendaire du prix J.P. Metras décerné au joueur de ligne par excellence au pays pour une troisième année consécutive, une première dans l’histoire, Betts a été un élément clé dans la conquête de la 10e Coupe Vanier disputée à la maison. Betts a établi un record du RSEQ pour le plus grand nombre de sacs en carrière. Ses performances lui ont valu une invitation au East West Shrine Game disputé le 19 janvier à St.Petersburg.

Une première pour Marois

Sacrée joueuse par excellence au pays, une première dans l’histoire du programme de basketball, Marois a mené le Rouge et Or à la médaille d’argent au championnat canadien et à un premier titre du RSEQ en huit ans.

«En début de saison, je n’aurais jamais pensé être en nomination pour ce titre, a-t-elle souligné. Plusieurs personnes de mon entourage m’avaient dit que j’allais gagner et je m’étais faite un peu à l’idée que ça allait se produire.»

Marois est seulement la troisième joueuse de l’histoire du programme de basketball féminin à remporter cet honneur. Monique Parent (1974 et 1976) et Linda Marquis (1980) avaient reçu pareil honneur. L’arrière a remercié Marquis quand elle a reçu son prix sur l’estrade.

«C’est spécial que Linda soit la dernière fille de basket qui a remporté cet honneur. Elle a eu une place importante dans ma carrière. C’est elle qui m’a convaincue de rester à Québec et j’ai grandi en la regardant diriger le Rouge et Or. À mes années collégiales, elle m’a aidé à améliorer mon tir, facette qui a fait une bonne différence cette année. Elle m’a coaché à ma première saison à Laval et sa porte était toujours ouverte.»

Cross country

Une adaptation réussie pour Catherine Beauchemin

Catherine Beauchemin
Photo Jean-François Desgagnés
Catherine Beauchemin

Membre de l’équipe de cross country qui a gagné la bannière de championne canadienne pour la première fois de l’histoire, Catherine Beauchemin a remporté le titre de recrue par excellence.

Beauchemin a remporté la médaille de bronze au national de cross country dans le volet individuel. Elle a aussi contribué à la médaille d’argent aux 4x800 m au championnat canadien. Les quatre filles du Rouge et Or ont établi un record du RSEQ.

Beauchemin a été choisie recrue par excellence du RSEQ en cross country et en athlétisme. « Ça fait chaud au cœur de remporter ce prix, a-t-elle exprimé. J’ai connu l’une de mes meilleures courses en carrière au national de cross country. Le podium n’était pas dans la mire. Un top 14 aurait été bon et un top 10 excellent. Un top 7 aurait été le meilleur scénario. »

« À ma première saison universitaire, j’ai vécu une période d’adaptation avec un nouvel entraîneur, de poursuivre Beauchemin. Aurélie Dubé-Lavoie a été une mentore pour moi. Elle m’a enseigné la résilience et la persévérance. Elle m’a vraiment aidée et m’a dit de me préparer pour les moments importants. »

Du côté masculin, le titre a été décerné au skieur alpin Alexandre Fortin. Il a terminé au deuxième rang du championnat provincial dans le volet individuel et a ainsi contribué à la conquête de la bannière du RSEQ. Fortin a pris part aux Universiades de Krasnoyarsk en Russie où il a terminé au 22e rang en slalom.

« Je suis vraiment surpris. Je ne m’y attendais pas. Ma participation aux Universiades a sûrement joué dans la balance. Je suis motivé à y retourner dans deux ans en Suisse. »

Prix Jean-Marie de Koninck

L’ailière Frédérique Beauchamp de l’équipe de basketball a mis la main sur le prix Jean-Marie de Koninck pour ses performances académiques. L’étudiante en médecine a maintenu une moyenne cumulative de 4,12 sur 4,33 depuis le début de ses études universitaires.

Frédérique Beauchamp
Photo Jean-François Desgagnés
Frédérique Beauchamp

« Je suis persévérante, endurante, très bien organisée et je travaille fort, a-t-elle raconté pour expliquer ses succès à concilier sport et études. Au championnat canadien, j’étudiais entre les entraînements et les parties. Mes périodes de loisirs sont calculées. Il s’agira possiblement de ma dernière saison l’an prochain avant de débuter mes stages. Je vais voir comment Émile Chênevert se débrouille l’an prochain à concilier football et stages en médecine et je prendrai une décision. »