/lifestyle/books
Navigation

Quatre albums en un an pour les Rodrigue!

Pierre et Gaël Rodrigue seront au Salon du livre.
Photo Jean-Francois Desgagnés Pierre et Gaël Rodrigue seront au Salon du livre.

Coup d'oeil sur cet article

Créant au départ un projet original et stimulant pour encourager son fils Gaël dans son cheminement scolaire, Pierre Rodrigue ne s’attendait pas le moins du monde à être publié, et encore moins à produire quatre albums jeunesse en un an chez Édiligne. Les histoires du Gros chat bleu, nées de la créativité du duo de Beauport, connaissent un succès fou !

Pierre « Rig » Rodrigue, un graphiste de profession, soupçonnait que son fils Gaël, déjà suivi en orthophonie, avait un TDA, et peut-être un problème de dyslexie. Son souci s’est confirmé lorsque les professeurs de l’école de Gaël l’ont convoqué, lui et sa conjointe, à la rencontre scolaire pour le bulletin d’hiver.

« Gaël avait accumulé un certain retard en écriture, en français. On sentait depuis longtemps qu’il avait un TDA et on voulait le faire suivre – papa aussi a un TDA, donc on savait qu’il y avait un gros risque qu’il en ait un aussi », explique Pierre Rodrigue.

La réussite scolaire de Gaël était compromise. « On a consulté tout de suite, puis l’idée de faire travailler Gaël à la maison a germé. »

Inspiré par son chat

Il fallait trouver un projet motivant. « J’ai toujours dessiné. Je faisais déjà, pour mon plaisir, du portrait et des illustrations. Ma conjointe et moi, on a décidé de demander à Gaël d’écrire une histoire. »

Gaël s’est inspiré de son chat. « Il aime s’amuser avec une boîte en carton. Pourquoi il est bleu ? Parce que c’est ma couleur préférée ! partage-t-il. J’ai beaucoup d’imagination. Je regarde partout, à l’intérieur, dehors, même dans mes jeux ! »

Pour récompenser Gaël lorsqu’il arrivait à écrire deux ou trois phrases, son père dessinait une image colorée, drôle, pleine de vie. L’effort était intense pour l’enfant. « Le premier livre s’est écrit très lentement, pendant environ trois mois. Ç’a été beaucoup de travail et on n’a pas brimé son imagination. On l’a laissé écrire son histoire et on est revenus dessus pour la compléter. Il avait déjà fait un beau travail. »

Depuis qu’il écrit des livres, Gaël constate qu’il a encore des difficultés, mais il est fier d’être passé en troisième année. « On sent que l’écriture est toujours à améliorer. On travaille beaucoup là-dessus. On remet encore Gaël au défi d’écrire et on travaille maintenant sur le cinquième album. » Le papa retravaille maintenant les textes, mais Gaël scénarise et supervise toujours le projet.