/lifestyle/books
Navigation

Salon du livre de Québec: rendez-vous avec vos auteurs

Le Salon du livre de Québec bat son plein jusqu’à dimanche

Coup d'oeil sur cet article

Les auteurs attendent impatiemment, chaque année, la tenue des salons du livre pour aller à la rencontre de leur public. Plus de 1200 auteurs s’adonneront à l’exercice d’ici dimanche, au Centre des congrès. Nous avons discuté avec douze d’entre eux des impacts de la sortie d’un livre, de leurs coups de cœur littéraires et de leurs projets d’écriture.

Marianne White

Photo d'archives, Stevens LeBlanc
Photo courtoisie, Éditions du Journal

Salut salut ! Jean Lapierre, un homme du peuple


Vous avez lancé cet automne la biographie d’un homme aimé de tous. Quel a été l’impact ?

Ç’a laissé des traces dans ma vie. Jean Lapierre est devenu un modèle à certains égards, entre autres sur la rigueur, l’authenticité, le travail acharné, la gentillesse. Ce que je constate, c’est que le public connaissait beaucoup le chroniqueur à la télé, mais je pense qu’on avait oublié son parcours de vie spectaculaire.

Quel a été votre livre favori cette année ?

La trilogie intégrale de La Bête, de David Goudreault, a été rééditée cet automne. Je l’ai découvert cet automne après plusieurs milliers de lecteurs. Je l’ai lu en un week-end.

Quels sont vos projets d’écriture ?

J’ai envie de continuer à faire vivre le livre sur Jean Lapierre encore un peu, avant de me lancer dans d’autres projets. Mais c’est mon premier livre et ce ne sera pas mon dernier.

Debbie Lynch-White

Photo d'archives, Agence QMI
Photo courtoisie, Éditions Libre Expression

Faut que je te parle


Vous avez raconté une partie de votre histoire dans un livre cet automne. Quel impact cela a-t-il eu pour vous ?

J’ai eu énormément de messages et de confidences de la part des lecteurs. [...] Une femme m’a même dit que je lui avais donné le boost pour enfin quitter son mari et sa relation nocive et penser à elle ! J’en revenais pas. On ne mesure pas le genre d’impact qu’on peut avoir.

Quel a été votre livre favori dans la dernière année ?

J’ai beaucoup aimé la lecture de Ton absence m’appartient, de Rose-­Aimée Automne T. Morin.

Avez-vous d’autres projets d’écriture ?

Pas pour l’instant, mais à plus long terme certainement.

India Desjardins

Photo d'archives, Chantal Poirier
Photo courtoisie, Les éditions de l'homme

Le journal d’Aurélie Laflamme, tome 9


Le tome 9 de la suite romanesque est paru cette année, sept ans après le dernier tome. Comment les lecteurs l’ont-ils reçu ?

Le public de la vingtaine qui m’a donné des feedback m’a dit que ça rejoignait leurs questionnements actuels, leur réalité. Et le public plus jeune m’a dit être content de retrouver Aurélie, ça les amuse de voir ce qu’est sa vie en appartement et de voir qu’elle est toujours aussi gaffeuse et extraterrestre !

Quel a été votre livre favori dans la dernière année ?

J’ai beaucoup aimé le livre de mon amie Nadine Bismuth, Un lien familial. Nadine a une façon unique d’écrire, un souci du détail, un humour particulier et une façon de décrire les relations de couple qui a fait sa marque depuis son premier livre.

Quels sont les prochains projets d’écriture ?

J’ai écrit des petits livres pour enfants pour la maison d’édition Fonfon qui sortiront sans doute l’an prochain.

Denise Bombardier

Photo d'archives, Chantal Poirier
Photo courtoisie, Éditions Plon

Une vie sans peur et sans regret


La perception du public a-t-elle changé à votre égard depuis la parution de votre livre ?

Oui, ça a changé beaucoup la perception. J’ai commencé à faire ce métier-là où il n’y avait pas de femmes. L’image que je dégageais en était une très agressive. [...] Les gens ne savaient pas d’où je venais vraiment, de quelle enfance, de quel milieu. Les gens s’imaginaient que j’étais née avec une cuillère d’argent dans la bouche. Je viens de l’extrême contraire de ça, et c’est ce qui fait ma combativité aussi.

Quel a été votre coup de cœur littéraire dans la dernière année ?

Je viens de relire Trente arpents, de Ringuet, qui est, à mon avis, l’un des très rares chefs-d’œuvre de la littérature québécoise.

Avez-vous d’autres projets d’écriture ?

Mon prochain livre, c’est sur les hommes du 20e siècle. Le phénomène de l’évolution des hommes, tous les genres d’hommes, leurs comportements, là où ils sont rendus aujourd’hui. Je suis très sensible à leur fragilité. Ça va être plus facile que de faire mes mémoires.

Patrice Godin

Photo d'archives, Chantal Poirier
Photo courtoisie, Éditions Libre Expression

Sauvage, baby


Quel a été l’impact de votre dernier livre auprès du public ?

Il semble bien reçu et je reçois de très bons commentaires. Les gens me confient s’être attachés à Sam et Alexia, les deux personnages principaux, et ils aiment la tension qu’il y a dans le dernier tiers du roman.

Quels sont vos récents coups de cœur littéraires ?

Présentement, je lis Corruption de Don Winslow et j’aime beaucoup. Je poursuis aussi ma lecture de l’œuvre de Karl Ove Knausgaard que j’adore.

Quel est votre prochain projet d’écriture ?

La suite de Sauvage, baby est en chantier. Je réfléchis aussi à un récit plus près de moi, une sorte de continuité avec Territoires inconnus, mon premier livre ­paru en 2015.

Guylaine Tanguay

Photo d'archives, Martin Alarie
Photo courtoisie, Éditions Libre Expression

La ligne droite


Quel impact la publication de votre biographie a-t-elle eu ?

Les gens que je vois après les spectacles me racontent maintenant leur histoire, leurs souffrances. Dans ma démarche de carrière, c’était important d’être honnête avec eux et de raconter ce que j’ai ­vécu. Certaines personnes me disent que grâce à mon livre, ils ont été capables de dire les choses, de s’exprimer sur leur jeunesse. D’aider les autres, même si on ne change pas le monde, moi, ça m’aide aussi.

Avez-vous un coup de cœur littéraire ?

C’est très rare que je vais m’installer pour lire, je n’y consacre pas beaucoup de temps. Je lis en vacances, sur le bord de la mer. Mais j’ai le nouveau livre de Peter MacLeod, c’est ma prochaine lecture.

Est-ce qu’il y a d’autres projets de livre ?

Oui, il pourrait y avoir autre chose, possiblement, car j’ai aimé l’impact d’un livre. C’est différent que de s’exprimer avec la musique. Mais clairement, je ne vais pas réécrire la suite de ma vie.

Dave Morissette

Photo d'archives, Agence QMI
Photo courtoisie, Les éditions de l'homme

Arrêter le temps, trois générations sur les routes de Compostelle


Quel impact cela a-t-il eu de raconter votre pèlerinage ?

J’ai des gens qui viennent me voir et qui veulent partir pour le faire, d’autres qui me croisent à l’épicerie pour me dire qu’ils veulent passer du temps avec leurs enfants. C’est assez magique. Je ne veux pas que ce soit cliché, mais ça inspire les gens, et le but du livre c’était ça.

Avez-vous un coup de cœur littéraire ?

J’essaie de lire le plus possible, mais j’ai manqué de temps cette année. J’aime particulièrement les livres de développements personnels.

Martin Larocque

Photo courtoisie, Julien Faugère
Photo courtoisie, Éditions Trécarré

Quand t’éduques, éduque !


Vous avez lancé un quatrième livre, portant sur l’éducation et la parentalité. Quels témoignages les gens vous livrent-ils ?

Les mots que j’entends de la part des lecteurs sont ceux que je voulais entendre. Que c’est un livre qui fait du bien. Tous les parents sont bons, je crois en ça, et je voulais les rassurer, je ne les pointe pas du doigt. Je ne prétends pas être un spécialiste, mais j’ai fait beaucoup de recherches.

Quel est votre coup de cœur littéraire ?

Manifeste pour une enfance heureuse, de Carl Honoré.

Avez-vous d’autres projets d’écriture ?

J’ai tellement pris de notes au cours des années, que j’aimerais ça faire la suite de ce livre-là. J’aimerais aller plus loin encore, prendre des sujets comme la culpabilité, l’écoute, l’empathie, et les explorer, mais toujours d’un point de vue parental.

Robby Johnson

Photo d'archives, Ben Pelosse
Photo courtoisie, Éditions La Semaine

De la Beauce à Nashville, tous les rêves sont permis


Quel impact a eu la parution de votre histoire cet automne ?

C’est beaucoup sur le plan de ma famille, ma conjointe : les gens savent ce qu’ils ont vécu. Je me fais parler beaucoup de l’accouchement très difficile de ma conjointe lorsqu’on a eu Rose-Alice ; les gens me disent qu’ils ont pleuré.

Aimes-tu l’exercice d’aller à la rencontre des gens dans les salons du livre ?

Oui, j’apprécie beaucoup. Ça me touche énormément que les gens se déplacent et arrêtent à mon kiosque quand il y a des milliers d’autres livres.

As-tu d’autres projets d’écriture ?

J’ai beaucoup aimé l’expérience, et j’ai découvert que j’avais une facilité au niveau de l’écriture. Mais ce sera plus l’écriture de chansons que de prendre le temps d’écrire un autre livre.

Frédérique Dufort

Photo d'archives, Ghyslain Lavoie
Photo courtoisie, Éditions La Bagnole

Fais-le pour toi pendant 365 jours


Quel a été l’impact de la publication de ton livre ?

Mon lectorat s’est élargi, allant jusqu’à rejoindre même ceux qui ne connaissaient pas Fais-le pour toi. Plusieurs personnes m’écrivent pour me dire qu’ils l’ont dévoré d’un coup, plutôt que de le lire une fois par jour pendant un an, et je trouve ça vraiment beau : on a tous besoin de positif dans la vie, et des fois, à plus forte dose !

Quel est ton dernier coup de cœur littéraire ?

Carnet de fuites de ma bonne amie Éliane Gagnon. Elle est un peu comme ma « sœur de création », et la voir s’accomplir ainsi avec son projet me rend extrêmement fière d’elle.

Quels sont tes prochains projets d’écriture ?

J’ai le grand bonheur de dire que le premier tome de ma série de romans Miss Parfaite (Tellement pas) est sorti en janvier dernier et qu’il y aura un tome 2 dès l’automne. Aussi, Fais-le pour toi 2 est présentement en révision pour publication au cours de l’été. D’autres projets d’écriture sont en création pour des publics totalement différents.

Maxime Landry

Photo d'archives, PIerre-Paul Poulin
Photo courtoisie, Éditions Libre Expression

Fils cherche père, si affinités


Quels sont les témoignages que vous recevez par rapport à votre dernier livre ?

Mon dernier roman est paru il y a moins d’un mois. Mais déjà, à travers mes réseaux sociaux, les gens viennent me partager leurs histoires sur l’adoption et la quête d’identité. [...] Ils se confient à moi et j’aime ça. C’est pour ça que j’écris !

Votre plus récent coup de cœur littéraire ?

J’écris beaucoup plus que je lis. Je manque de temps. Je suis toujours sur un nouveau projet qui occupe toutes mes journées.

Quel est votre prochain projet d’écriture ?

Des chansons ! Je suis à l’étape de création de mon 6e album. C’est une forme d’écriture que j’apprécie tout autant. Évidemment, il y aura un 5e roman, mais il est encore trop tôt pour en parler.

Rosalie Bonenfant

Photo courtoisie, Mari photographe
Photo courtoisie, Éditions Hurtubise

La fois où j’ai écrit un livre : humeurs


Il s’agit de ton premier livre. Quel impact a-t-il dans ta vie ?

On dirait que je suis habituée à dealer avec la réponse d’une chronique, de façon hebdomadaire et instantanée. Là, j’ai des retours sur des chroniques que j’ai faites il y a trois ans. Mes propos trouvent écho et ça m’a donné confiance de savoir ça. D’avoir créé quelque chose d’une certaine utilité, ça me fait sentir moins coupable de mon choix de carrière.

As-tu d’autres projets littéraires ?

Oui, j’aimerais bien sortir quelque chose d’autre dans la prochaine année.

Quel est ton dernier coup de cœur littéraire ?

J’en ai plusieurs, mais il y a Le principe du cumshot : le désir des femmes sous l’emprise des clichés sexuels, de Lili Boisvert. Tout le monde devrait lire ça une fois dans sa vie.

Éliane Gagnon

Photo courtoisie
Photo courtoisie, Éditions Libre Expression

Carnets de fuite


Tu as lancé Carnets de fuite il y trois mois déjà. Avec le recul, quel impact cela a-t-il eu pour toi de dévoiler ton histoire? Reçois-tu beaucoup de témoignages?

Je reçois de magnifiques témoignages. Beaucoup de gens s’identifient à ces troubles de dépendance, ce manque d’amour. C’est une quête très universelle, les gens se reconnaissent. Ça réduit la honte des gens de savoir que c’est quelque chose, j’ose dire, de commun. Les gens trouvent que j’ai réussi à mettre des mots sur la douleur.

As-tu d’autres projets d’écriture?

Oui, j’ai deux projets. Un livre qui serait une suite. Je ne peux pas en parler maintenant, mais ce serait aussi un récit d’autofiction.


Pour connaître l’horaire des séances de dédicaces des auteurs, visitez le www.silq.ca