/sports/ski
Navigation

Vers une autre saison record de ski dans l'est du Québec

Coup d'oeil sur cet article

Les skieurs ont droit à une fin de saison exceptionnelle à un point tel que dans le Bas-Saint-Laurent, les différentes stations de ski se dirigent vers une deuxième année record.

«Pour un 12 avril, nous avons droit à des conditions qui sont extraordinaires. On va battre notre record de l'année dernière», a expliqué Denis Roussel, propriétaire du Parc du Mont-Comi, à Saint-Donat-de-Rimouski.

D'ici la fin de saison, les amateurs de glisse auront eu droit à environ 105 jours de ski. «L'an dernier, on en a eu 98 et c'était un record», s'est exclamé M. Roussel.

«On est à la mi-avril et on a droit à des conditions hivernales, il y a beaucoup de neige, pas encore une seule plaque de terre qui est apparue, c'est exceptionnel comme conditions», a pour sa part souligné Germain Barrette, directeur général du Parc régional de Val-d'Irène, à Sainte-Irène, où plus de 630 centimètres de neige sont tombés pendant l'hiver.

Une compétition hors du commun

Ces conditions rêvées font le bonheur des organisateurs de l'Aqua-Neige, à Val-d'Irène, une compétition hors du commun qui existe depuis déjà 43 ans

Le défi consiste à effectuer une descente d'environ 200 mètres de dénivelés, en ski ou en planche à neige, pour ensuite, tenter de traverser le lac Picalo, d'une longueur de 65 mètres.

«Quand on est en haut que ce soit la première ou la trentième fois on est toujours nerveux de la même manière. On sait que le lac peut nous jouer un tour que plusieurs facteurs comptent et on espère avoir la recette secrète», a indiqué Jean Fortin, qui a pris part au défi une trentaine de fois.

Environ 125 skieurs et planchistes vont tenter de relever le défi ce week-end.

«Ça fait partie de nous, on en parle à longueur d'année on vit pour ça, on finit et on a envie de recommencer encore», a lancé Sarah-Maude Poirier, quatre fois championne de l'Aqua-Neige chez les femmes.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions