/weekend
Navigation

Portrait d’une célèbre journaliste de guerre

Paula McLain
Photo courtoisie, Nina Subin Paula McLain

Coup d'oeil sur cet article

Toujours à la recherche d’héroïnes au destin hors du commun, la romancière américaine Paula McLain s’est penchée sur la vie et la carrière incroyable de la journaliste de guerre américaine Martha Gellhorn pour écrire son nouveau roman, La troisième Hemingway. Cette femme au tempérament bouillant, dotée d’une intelligence fine et d’une grande audace, fut aussi celle qui n’hésita pas à plaquer l’écrivain Ernest Hemingway.

Quelques années avant la Seconde Guerre mondiale, Martha Gellhorn a 27 ans. C’est déjà une journaliste expérimentée, qui n’a peur de rien. À Key West, elle rencontre l’écrivain Ernest Hemingway, de plus en plus célèbre.

D’abord amis, ils deviennent amants, puis époux, partageant leur vie entre la société bohème de New York, l’Espagne sous la dictature de Franco et Cuba. Ils se marient en 1940, mais Martha ne tolère pas d’être « la femme de ». Et quitte Hemingway pour vivre sa vie et devenir une des plus grandes journalistes de guerre du 20e siècle.

Paula McLain, qui avait écrit une version romancée du premier mariage d’Ernest Hemingway dans Madame Hemingway, s’est passionnée pour la vie de Martha Gellhorn, qui fut la troisième épouse de l’écrivain. « Je cherche toujours des femmes qui ont fait quelque chose de remarquable », explique-t-elle, en entrevue.

« Match parfait »

Elle n’avait pas l’intention d’écrire à nouveau sur Hemingway jusqu’à ce qu’elle rêve, une nuit, qu’elle allait pêcher en compagnie d’Hemingway et de Gellhorn, au large des côtes cubaines. « Le lendemain matin, je me suis demandé pourquoi j’avais rêvé d’elle. En lisant sa biographie, j’ai été étonnée de voir tout ce qu’elle avait accompli. Je me disais que ce serait fascinant d’écrire une version romancée de sa vie, et puis j’ai été fascinée par la guerre civile en Espagne et par le fait qu’elle avait été la conjointe d’Hemingway. »

Martha Gellhorn avait une liaison assez turbulente avec Hemingway et leur mariage s’est terminé par un divorce amer. L’écrivain s’est marié quatre fois... mais Paula McLain considère qu’il a rencontré son « match parfait » avec Martha, non seulement parce qu’elle était aussi ambitieuse que lui, mais aussi parce qu’elle était courageuse. « Elle avait toute une personnalité et ce fut la seule femme à le quitter. »

Brave et têtue

Martha a rencontré Hemingway dans un bar de Key West en 1936, alors qu’il s’apprêtait à partir en reportage en Espagne. « Elle rêvait de faire ça, mais n’avait pas d’emploi, pas d’argent, pas de références. Mais elle l’a fait quand même. Elle a traversé la frontière franco-espagnole en pleine nuit, avec 50 $ en poche, sans savoir dans quoi elle se lançait. Elle faisait ce genre de choses tout le temps. »

La scène préférée de Paula McLain, dans La troisième Hemingway, est celle où la journaliste s’est infiltrée clandestinement dans un navire-hôpital, sans s’imaginer qu’elle allait participer au débarquement de Normandie, dans le secteur américain d’Omaha Beach.

« Elle s’est enfermée dans les toilettes, elle a bu du whisky toute la nuit et le lendemain matin, elle a réalisé qu’elle était aux premières loges de la bataille de Normandie. Les autres journalistes suivaient la scène à distance, avec des jumelles, tandis qu’elle a participé à l’opération comme brancardière. Elle avait un don pour se retrouver dans toutes sortes de situations invraisemblables. »

  • Paula McLain est née en Californie et vit maintenant à Cleveland, en Ohio.
  • Elle a obtenu un diplôme en poésie à l’Université du Michigan.
  • Elle a obtenu un succès international avec ses romans, dont L’Aviatrice et Madame Hemingway.
La troisième Hemingway, Paula McLain, Éditions Presses de la Cité, 476 pages
Photo courtoisie
La troisième Hemingway, Paula McLain, Éditions Presses de la Cité, 476 pages