/weekend
Navigation

Mélanie Fleming: Son rêve ne l’a jamais quittée

Mélanie Fleming
Photo Stevens LeBlanc Mélanie Fleming

Coup d'oeil sur cet article

Qu’ont en commun une entreprise de Québec spécialisée dans la conception de fibre optique, selon un procédé ultra secret, et l’univers du théâtre, celui de la comédie musicale? Mélanie Fleming.

Cette native et résidente de Québec porte alternativement deux chapeaux que tout semble opposer.

Elle travaille depuis plusieurs années pour Coractive Hightech, une firme de la capitale qui fait le gros de ses affaires en Asie. Depuis janvier, elle occupe le poste de représentante des ventes internes. Son boulot : faire de la prospection. Son prochain objectif : développer le marché européen.

Mais son rêve de petite fille, c’était de «travailler dans les arts», dit-elle avec des soleils dans les yeux.

«J’ai eu la piqûre du théâtre au secondaire. J’aurais eu la chance d’étudier à Montréal dans ce domaine, mais les gens de mon entourage m’ont découragée, et j’ai eu peur de partir et d’aller vers l’inconnu.»

Mme Fleming est donc demeurée à Québec, où elle a emprunté un chemin scolaire plus traditionnel. Elle a même mis le théâtre de côté.

Le jeu, un atout

C’est lorsque sa fille est elle-même entrée au secondaire que la maman monoparentale, qui se retrouvait avec beaucoup de temps libre, a renoué avec ses premières amours.

Elle est tombée sur la troupe amateur Les As de Chœur et a décroché un rôle dans la comédie musicale What If. Pour Mélanie Fleming, ce fut une révélation.

«J’ai appris que j’avais du talent en chant», dit celle qui fréquente, depuis, tous les karaokés et suit des cours pour perfectionner ses cordes vocales.

Depuis, elle a effectivement obtenu des rôles dans des relectures de Hairspray et Bonjour, là, bonjour.

Melanie Fleming constate que le théâtre lui permet de vivre un autre genre de stress que celui lié à son travail. «C’est gratifiant quand les gens applaudissent», note la quadragénaire.

Le jeu, opine-t-elle, constitue aussi un atout dans son boulot.

«Après ma première participation à une foire commerciale, en février, j’ai reçu beaucoup de bons commentaires de mes collègues et de mon patron parce que j’allais au-devant­­­ des clients et que j’étais capable de les faire rire. Je pense que c’est mon côté comédienne qui sort.»

Quant au rêve de vivre de l’art à temps plein, elle avoue qu’il existe encore. «Ça va toujours être en moi. On me demande souvent si j’ai des regrets et la réponse est oui», conclut-elle.

Mélanie Fleming, 44 ans

  • Représentante des ventes
  • Comédienne chez Les As de Chœur