/weekend
Navigation

Des vinyles plein la tête

Tire le coyote
Photo courtoisie, Émilie Dumais Tire le coyote a enregistré Session acoustique 1 en octobre dernier, à Petite-Rivière-Saint-François. Il a joué avec Benoît Villeneuve (Shampouing) et Simon Pedneault.

Coup d'oeil sur cet article

Benoit Pinette, alias Tire le coyote, est un grand consommateur de vinyles. En tournée, le musicien se fait même un point d’honneur d’aller visiter le disquaire local quand il va dans une nouvelle ville. À l’occasion de la Journée des disquaires (Record Store Day), aujourd’hui, le mélomane a décidé d’offrir un vinyle spécial de morceaux acoustiques.

Chaque année, Benoit Pinette essaie d’aller faire un tour dans les magasins de disques à l’occasion de la Journée des disquaires. Cet événement mondial, qui revient pour une 12e édition, est souvent surnommé « le Noël des disquaires » et de nombreux artistes en profitent pour lancer des éditions spéciales en vinyle. Tire le coyote a voulu participer à la fête cette année.

Il lancera Session acoustique 1, qui comprend 12 pièces de l’artiste, dont une inédite, interprétées en mode acoustique, en compagnie de Benoît Villeneuve (Shampouing) et Simon Pedneault. « Ça fait un an et demi que je fais une tournée en band pour l’album Désherbage, dit Benoit Pinette. J’avais déjà en tête de faire une tournée acoustique, à deux musiciens. Et tant qu’à faire cette tournée, je me suis dit que ce serait intéressant d’offrir au public des enregistrements de ces versions acoustiques. »

Avec ses deux comparses, il est ainsi parti dans un chalet pendant trois jours. « On a juste traîné des guitares acoustiques et des micros. On s’est fait un setup dans le salon et on a joué live un maximum de tounes. Ç’a été l’enregistrement d’album le plus simple de ma vie ! »

Tire le coyote
Photo courtoisie

Les vinyles d’abord

Depuis plusieurs années, Benoit Pinette ne jure que par les vinyles. Même qu’en faisant son album Désherbage, en 2017, il a d’abord pensé au format du vinyle. « L’ordre des chansons est important, à cause de la durée, explique-t-il. Il faut avoir un équilibre entre la face A et B pour la qualité. Même la pochette a été peinte en 24 par 12 pouces, ce qui est la dimension d’un vinyle ouvert en deux ! »

Chez lui, Benoit Pinette dit avoir entre 700 et 800 vinyles. « J’ai une grande maladie de dépenses de vinyles dans une année (rires). Il faut que je fasse attention. Mais je ne suis pas un courailleux de marchés aux puces. Je n’y vais pas pour le nombre. Sauf que si un artiste que j’aime sort de quoi, je ne me pose pas la question et c’est la version vinyle que je veux. »

Qu’aime-t-il de ce format, particulièrement ? « L’objet, la pochette, le fait que ça tourne avec une aiguille (rires). J’aime le fait que la musique, c’est plus qu’auditif. Il y a quelque chose dans le tactile qui est intéressant. »


Le vinyle de Tire le coyote, Session acoustique 1, sera en vente aujourd’hui, dans le cadre de la Journée des disquaires. Le musicien sera en spectacle pour l’occasion, à 13 h, à la boutique Aux 33 Tours, à Montréal. Pour les détails : facebook.com/Aux33Tours.

Quelques vinyles québécois lancés pour la Journée des disquaires

  • Hubert Lenoir – Darlène
  • Groovy Aardvark – Vacuum
  • Karkwa – Le volume du vent
  • La Patère Rose – La Patère Rose
  • Vincent Vallière – Chacun dans son espace / Le repère tranquille