/entertainment/comedy
Navigation

Festival d’humour en Martinique : des échanges entre Québécois et Antillais

Une partie des humoristes et des employés qui ont participé à la première édition du festival Anti’Stress, en Martinique.
Photo courtoisie Une partie des humoristes et des employés qui ont participé à la première édition du festival Anti’Stress, en Martinique.

Coup d'oeil sur cet article

La toute première édition du festival Anti’Stress, en Martinique, auquel trois humoristes québécois ont participé, pourrait être le début d’échanges entre Québécois et Antillais. Le producteur et gérant Guy Lévesque travaille à amener certains comiques de là-bas à Montréal.

Rosalie Vaillancourt, Billy Tellier et Richardson Zéphir étaient les trois représentants du Québec dans ce nouveau festival organisé il y a quelques jours dans quatre villes de la Martinique. Les trois comiques se sont bien tirés d’affaire, malgré les quelques différences culturelles.

Rosalie Vaillancourt et Richardson Zéphir ont profité de la chaleur
de la Martinique.
Photo courtoisie
Rosalie Vaillancourt et Richardson Zéphir ont profité de la chaleur de la Martinique.

« L’accent a été bien reçu, indique Guy Lévesque, qui agissait comme directeur artistique du festival. Les spectateurs semblaient bien accepter que les humoristes venaient d’ailleurs. Comme dans le cas de Rosalie, même si les gens semblaient parfois manquer quelques bribes de ses gags, ils embarquaient dans son énergie. »

Billy Tellier sur la scène du festival Anti’Stress.
Photo courtoisie
Billy Tellier sur la scène du festival Anti’Stress.

Guy Lévesque a travaillé sur l’un des galas du festival, qui était télévisé pour Canal+ Antilles. Le producteur a rapidement démontré l’expertise québécoise aux employés antillais. « Eux commencent habituellement leurs spectacles avec 20 ou 30 minutes de retard et tout le monde trouve ça normal. On a finalement fait un gala avec 13 artistes en moins de deux heures. Ils n’avaient jamais vu ça ! »

Billy Tellier a rencontré deux humoristes de la relève antillaise, Youti et Andy.
Photo courtoisie
Billy Tellier a rencontré deux humoristes de la relève antillaise, Youti et Andy.

Les retombées pour les trois humoristes québécois pourraient être intéressantes dans les prochains mois. « Nous avons établi des contacts avec les gérants de Bun Hay Mean et Donel Jack’sman, qui sont très connus en France, dit Guy Lévesque. Il y a aussi un diffuseur qui avait déjà reçu Virginie Fortin en France et qui voudrait répéter l’expérience avec d’autres Québécois ».

Bientôt à Montréal ?

Plusieurs humoristes antillais ont également approché le producteur québécois pour lui faire part de leur intérêt à venir jouer à Montréal. « Ils connaissent déjà bien la ville et sa connexion avec l’humour. J’aimerais les inviter à venir jouer dans l’une ou l’autre des nombreuses soirées d’humour que nous avons à Montréal. Il y a beaucoup d’opportunités ».

Quant à savoir si le festival Anti’Stress sera de retour l’an prochain, il est encore trop tôt pour qu’une décision soit prise. « Cela dépend de l’implication des partenaires, répond Guy Lévesque. Nous avons aussi un travail à faire pour obtenir des subventions. » Pour cette première édition, plusieurs centaines de personnes ont assisté aux différents spectacles programmés par Kendou Pelle, qui gère le Martinique Comedy Club mensuellement depuis quatre ans. « Les gens étaient intéressés par l’événement et voulaient qu’il fonctionne », conclut Guy Lévesque.