/news/health
Navigation

Vingt médecins à la défense du projet de tramway

Celui-ci sera «bénéfique» pour la santé, croient-ils

Coup d'oeil sur cet article

Un futur tramway sera « extrêmement bénéfique » pour la santé des résidents de Québec, plaide un rassemblement d’une vingtaine de médecins, qui appellent à délaisser la « dépendance à l’automobile » qui « nous tue » et qui « nous rend malades ».  

 À LIRE AUSSI: Le transport en commun, c’est bon pour la santé!  

Ce plaidoyer pour un changement de cap majeur en matière de développement urbain est le fruit d’un document signé par plus de vingt médecins québécois, notamment le médecin-conseil à l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), Pierre Gosselin. 

Les cosignataires louangent les innombrables bienfaits qui découlent d’une intégration du transport en commun dans le développement d’une ville, un argumentaire « en appui » au projet de tramway, souligne M. Gosselin.

« On parle toujours des coûts du transport en commun, mais il y a aussi des bénéfices [...] notamment quant à l’exercice physique et à la dépollution », pointe-t-il, lui qui est aussi directeur du Groupe santé et environnement au CHU de Québec.

« À l’heure où 51 % des Québécois ont un surplus de poids, il est temps d’aménager nos villes pour inciter à l’exercice physique », lit-on dans la lettre ouverte parue sur le site du Journal

Économies

Selon M. Gosselin, ce sont les municipalités qui ont actuellement le lourd fardeau d’entamer le virage vert en matière de transport. Cette dépense municipale a toutefois le potentiel d’entraîner des économies importantes pour les gouvernements, croit-il.

« Les Villes qui font ça à travers le monde payent aussi leur système de santé. Elles voient les bénéfices, et rapidement, en un ou deux ans », propose-t-il, citant notamment une étude américaine selon laquelle chaque dollar investi contre la lutte à la pollution de l’air entraîne des bénéfices trente fois plus importants.

Selon le groupe de médecins, environ 2000 décès prématurés par année au Québec sont attribuables à la pollution de l’air, « dont environ 300 dans la seule région de Québec ».

« Notre dépendance à l’automobile nous tue et nous rend malades. Il est temps d’opter pour des infrastructures innovantes en transport en commun, comme d’autres villes ou pays l’ont fait pour protéger la santé de leurs citoyens », jugent-ils.