/sports/hockey/canadiens
Navigation

Alzner dans l’incertitude

Le défenseur de 30 ans veut revenir dans la LNH l’an prochain

Karl Alzner a prêché par l’exemple avec le Rocket.
Photo Martin Chevalier Karl Alzner a prêché par l’exemple avec le Rocket.

Coup d'oeil sur cet article

Karl Alzner ne sait pas ce que l’avenir lui réserve avec l’organisation du Canadien de Montréal. 

• À lire aussi: Bouchard satisfait, mais réaliste

• À lire aussi: Josh Brook, un défenseur complet

Avec un contrat encore valide pour trois saisons à 4,625 millions $ par année, il est difficile de croire qu’il sera de retour. Et le défenseur de 30 ans en est bien conscient. 

«Je n’ai pas encore eu de discussions avec Marc Bergevin, a mentionné Alzner hier. Je crois que je dois prévoir l’imprévisible. Je n’ai aucune idée de ce qui va arriver. 

«J’aimerais me retrouver dans une situation où je peux à nouveau jouer dans la LNH. Je ne sais pas ce qui va arriver avec les autres joueurs autonomes du Canadien. Par contre, c’était très clair qu’il n’y avait pas de place pour moi au sein de sa formation. Avec le contrat que je possède, ça me surprendrait que je revienne ici.»

Alzner a été bon joueur après avoir cédé au Rocket pour la deuxième fois au mois de janvier. Il n’a pas exigé de transaction à la date limite en février. 

Un rôle de grand frère

Avec le Rocket, Alzner s’est présenté avec une bonne attitude. Il a prêché par l’exemple dès son arrivée. 

«Karl a eu beaucoup de temps de glace et il a dominé dans les facettes où il a toujours eu du succès. Son ratio de bonnes décisions est très haut, a indiqué l’entraîneur-chef Joël Bouchard.

«Il a été apprécié, il a compris son rôle et il n’hésitait pas à poser des questions pour comprendre. Je crois qu’il s’est amélioré.»

Pour le principal intéressé, son séjour avec le Rocket était un retour dans le passé. 

«Ça m’a ramené à l’époque où j’évoluais avec les Bears de Hershey, où on avait une équipe tissée serrée, a raconté. Tout le monde avait du plaisir à venir à l’aréna. Peu importe ce qui se passait lors des matchs, les joueurs avaient du plaisir à revenir à l’aréna le lendemain.

«J’ai compris le rôle que je devais jouer. Je savais que je pouvais le remplir. Ça m’a donné un regard différent du hockey sur et à l’extérieur de la patinoire.»

D’autres dossiers

Il y a d’autres joueurs qui ne savent pas s’ils seront de retour au sein de l’organisation du Tricolore. C’est le cas des défenseurs Xavier Ouellet et Brett Lernout ainsi que les attaquants Daniel Audette et Michael McCarron. 

«Avec mon rendement, je pense que j’ai pu convaincre les dirigeants de la LNH de me donner un emploi à temps plein, a souligné Ouellet. Je continue de croire que je suis un joueur de la LNH. Je l’ai démontré au début de la saison à Montréal et lorsque je suis redescendu avec le Rocket par la suite. Mon but est de retourner dans la LNH et c’est encore mon rêve.»