/news/green
Navigation

La rivière Chaudière sort de son lit

Un embâcle place Beauceville en situation d’alerte

Le niveau de la rivière Chaudière atteignait presque la route 173 entre Beauceville et Saint-Joseph-de-Beauce lundi après-midi.
Photo Elisa Cloutier Le niveau de la rivière Chaudière atteignait presque la route 173 entre Beauceville et Saint-Joseph-de-Beauce lundi après-midi.

Coup d'oeil sur cet article

BEAUCEVILLE | Alors que son niveau était en constante augmentation toute la journée lundi, la rivière Chaudière est finalement sortie de son lit à Beauceville en fin d’après-midi.

Bien que la situation semblait sous contrôle durant la journée, un embâcle s’est formé un peu avant 17 h à la sortie du centre-ville de Beauceville, faisant augmenter le niveau de la rivière de près d’un mètre en 30 minutes à peine.

La municipalité est ainsi passée en alerte d’inondation moyenne.

Malgré tout, le coordonnateur aux mesures d’urgence a assuré que la situation ne laissait pas craindre le pire, précisant que les résidents sont « habitués » aux crues printanières.

« Ce n’est pas majeur. On parle d’impacts mineurs, ce ne sont pas de gros dégâts, s’il y a des dégâts », a affirmé Paul Morin.

Les citoyens rencontrés par Le Journal aux abords de la rivière Chaudière ne semblaient pas non plus trop perturbés de voir le niveau s’élever d’heure en heure.

« Elle est haute, mais pas assez encore pour nous inquiéter », a affirmé la Beaucevilloise Patricia Breton.

Situé dans une zone inondable, seul l’Hôtel de Ville a été évacué de façon préventive en fin d’après-midi. La douzaine d’employés a ainsi été transférée au centre de coordination aménagé à quelques rues.

Selon Hydro-Météo, les niveaux des rivières Famine, Beaurivage et Etchemins, qui étaient aussi en constante augmentation au cours de la journée de lundi, ont fait l’objet d’une surveillance accrue jusqu’à tard lundi soir.

« La situation devrait se stabiliser au cours de la nuit, alors qu’on attend des températures autour de -1 degré », a indiqué le porte-parole Pierre Corbin.

Un avant-goût

Les quelque 15 millimètres de pluie tombés lundi, jumelés à la fonte de neige au cours de la fin de semaine, ont rappelé aux Beaucerons et aux riverains de la région de Chaudière-Appalaches que les crues printanières sont imprévisibles... et encore loin d’être terminées.

« Avec l’arrivée du temps doux et peut-être de précipitations pour la fin de semaine de Pâques, il est possible qu’il y ait d’autres hausses des niveaux des rivières. Ce sera donc à suivre de près », précise M. Corbin.