/sports/hockey/canadiens
Navigation

Rocket de Laval: «Ils ne sont pas assez bons»

Joël Bouchard souligne la nécessité pour ses joueurs de s’améliorer la saison prochaine

L’entraîneur-chef du Rocket, Joël Bouchard, a souligné la bonne attitude de ses joueurs, lors de son bilan de fin de saison.
Photo Martin Chevalier L’entraîneur-chef du Rocket, Joël Bouchard, a souligné la bonne attitude de ses joueurs, lors de son bilan de fin de saison.

Coup d'oeil sur cet article

Pour la deuxième fois en deux saisons à Laval, la filiale du Canadien n’a pas réussi à se tailler une place en séries éliminatoires. Malgré cette élimination hâtive, Joël Bouchard a vanté l’attitude de ses joueurs tout en étant conscient qu’il lui reste beaucoup de travail à faire.

Le Rocket a fini la saison 2018-2019 avec une fiche de 30-34-6-6 pour terminer au septième rang de la section Nord. Il a raté les séries par 12 points.

« Je comprends les gens qui regardent notre équipe et se disent qu’on n’a pas fait les séries, a indiqué Bouchard lors de son point de presse. Le but ultime est de faire les séries et d’aller le plus loin possible.

« Il faut donner du mérite aux joueurs qui ont acheté notre plan durant toute la saison. Ils ont été impressionnants. Par contre, lors de certains soirs, il en manquait un petit peu. »

Au début de la saison, Bouchard s’était donné comme mission d’implanter une culture gagnante chez le Rocket. Il dit mission accomplie.

L’entraîneur-chef du Rocket, Joël Bouchard, a souligné la bonne attitude de ses joueurs, lors de son bilan de fin de saison.
Photo d'archives, Martin Chevalier

« Les dernières semaines du calendrier l’ont démontré, a-t-il précisé. C’est un exemple parfait pour démontrer la volonté de nos joueurs. Ils n’ont jamais abandonné. C’est un processus de devenir un professionnel et ça passe par une attitude de gagnant.

« On a vu de la progression chez les jeunes joueurs. À la fin, on pratiquait comme si on faisait les séries. »

Message clair

Bouchard a rencontré tous ses joueurs avant que ceux-ci rencontrent les médias. Il n’est pas passé par quatre chemins avec eux.

« Mon message a été le même : aujourd’hui jusqu’au camp, tu dois être meilleur, a déclaré Bouchard. Tu as une belle progression et tu t’en vas dans la bonne direction. Chaque rencontre a été positive, mais pour le moment, ils ne sont pas assez bons.

« Ça ne veut pas dire qu’ils ne sont pas bons ou qu’ils n’ont pas de potentiel. »

L’entraîneur-chef du Rocket, Joël Bouchard, a souligné la bonne attitude de ses joueurs, lors de son bilan de fin de saison.
Photo Le Journal de Montréal, Martin Chevalier

En raison des blessures, des rappels ou des départs, les jeunes joueurs ont été placés dans plusieurs situations corsées. Ils ont acquis une expérience qui leur sera profitable pour la prochaine saison.

« Notre formation a rajeuni tous les mois, mais nos performances sont demeurées les mêmes, a souligné Bouchard. On n’a pas eu de baisse importante dans la qualité et on s’est toujours ajustés.

« On avait moins de joueurs d’expérience ou avec un potentiel offensif, mais on continuait à gagner au même rythme. »

Pas de séries encore

Malgré la venue de Bouchard, la filiale du Canadien a encore raté les séries. C’est devenu une habitude au cours des dernières années. Pour une personne compétitive comme lui, c’est dur à avaler.

« Je ne suis pas le gars le plus heureux de ne pas faire les séries. On a été dans le coup jusqu’au dernier week-end.

« Ce n’est pas dû à un manque de volonté. Les équipes de la LAH, qui font les séries presque à chaque campagne, ont plusieurs choix au repêchage qui sont arrivés dans les dernières années. Certains des nôtres ont été échangés pour de belles courses en séries. Chaque organisation est différente. »

► Bouchard a confirmé le retour de ses adjoints Alexandre Burrows et Daniel Jacobs la saison prochaine.

Une saison pénible

  • 26e sur 31 au classement général (septième de la division Nord)
  • 29e pour les buts marqués (195)
  • 21e pour les buts alloués (231)
  • Avantage numérique : 18e (17,9 %)
  • Désavantage numérique : 27e (78,9 %)

Commentaires en vrac

Michael McCarron au sujet de son avenir dans l’organisation du Canadien.

« J’aimerais dire que je vais rester avec le Canadien, mais il y a plusieurs aspects à considérer. J’aime Laval et Montréal. Je n’ai pas encore parlé avec l’état-major du Canadien à ce sujet. Je crois encore que je peux jouer dans la LNH. C’est mon objectif. »

Daniel Audette a eu besoin de quelques mois avant d’assimiler le système de Joël Bouchard. Il devient joueur autonome avec restriction cet été.

« J’ai eu des hauts et des bas. J’ai eu besoin d’une période d’adaptation. Je ne sais pas ce que l’avenir me réserve, mais mon objectif est encore de jouer dans la LNH, que ce soit à Montréal ou ailleurs. Je vais me concentrer sur ma préparation cet été et on verra ce qui va arriver. »

Alex Belzile a prouvé qu’il mérite une autre chance dans la Ligue américaine l’an prochain. Toutefois, il ne sait pas encore si ce sera à Laval.

« J’ai connu une très bonne saison et j’ai démontré que je peux connaître du succès dans la Ligue américaine. Je n’ai pas encore eu de discussions avec les dirigeants, mais j’aimerais revenir avec le Rocket. C’est ici que j’ai eu une vraie chance de me faire valoir. C’est la première fois que ça m’arrivait dans ma carrière. »

Alexandre Grenier n’a pas connu une campagne à la hauteur de ses attentes, mais il en retire beaucoup de positif.

« J’ai compétitionné, mais j’ai connu des hauts et des bas. J’ai toujours travaillé avec acharnement. Je crois que je voulais trop en faire. J’ai vraiment bûché pour m’en sortir. J’ai aimé être dirigé par Joël Bouchard, qui porte une attention particulière aux détails ; ceux qui peuvent te permettre de t’amener au niveau suivant. »

Jake Evans s’est fracturé une côte dans les dernières semaines du calendrier régulier, mais il sera prêt pour le prochain camp d’entraînement.

« Ça n’affectera pas ma préparation durant la saison estivale. Pour ma première saison chez les pros, le niveau d’habiletés des autres joueurs m’a un peu surpris. Ils te font payer pour toutes les erreurs que tu peux commettre. J’ai eu un peu de difficulté avec le nombre de matchs au début de la saison, mais je me suis adapté à cette réalité en deuxième moitié. »

– Propos recueillis par Mathieu Boulay