/sports/opinion/columnists
Navigation

Le fléau des frappeurs

BBA-BBN-BBO-SPO-NEW-YORK-YANKEES-V-BALTIMORE-ORIOLES
Photo AFP Chris Davis a connu un difficile début de saison, lui qui a dû attendre à sa 62e présence officielle au bâton avant de frapper son premier coup sûr de 2019.

Coup d'oeil sur cet article

« Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés » !

Vous vous souvenez de cette fable de La Fontaine qui parlait des animaux malades de la peste ?

Chaque fois que je consulte le sommaire d’un match des majeures, depuis le début de la saison, je ne peux m’empêcher de penser à cette fable, ne sachant toutefois pas qui est le responsable de cette malédiction qui s’abat sur les frappeurs.

Rares sont les équipes qui y échappent.

Chose certaine, le message des instructeurs des frappeurs ne passe sûrement pas... surtout lorsque l’on voit les frappeurs s’élancer avec autant de force lorsqu’ils ont deux prises contre eux ou encore qu’ils s’entêtent à vouloir tirer une offrande alors que la défensive est massée sur le flanc droit ou gauche.

Oui, je sais, des observateurs avertis soutiennent qu’il est impensable de vouloir changer l’approche d’un frappeur qui, depuis ses débuts dans les rangs professionnels, a développé un style qui veut qu’il tire une balle au lieu de frapper vers le champ opposé.

Pourtant, le but ultime d’un frappeur est de négocier un contrat fort lucratif et on affirme, depuis plus d’un siècle, qu’un frappeur de circuits roule en Cadillac et qu’un frappeur de simples roule... en Lada !

Vladimir jr se rapproche

Le retour au jeu de Vladimir Guerrero Jr avec les Blue Jays de Dunedin est terminé et son ascension vers les majeures se poursuivra maintenant avec les Bisons de Buffalo, de la ligue Internationale.

Pas nécessaire de précipiter son arrivée avec le grand club. Il faut s’assurer que la blessure qui lui a fait rater les trois dernières semaines de l’entraînement est complètement guérie et que le temps froid qui cause tant d’ennuis aux joueurs en début de campagne fera place à une température plus clémente à Buffalo.

Chacun s’accorde à dire que si le coup de bâton de Vlad Jr est de qualité des majeures, il lui reste à peaufiner son jeu défensif au troisième coussin et à apprendre à mieux se nourrir pour réduire son poids de quelques, sinon plusieurs, kilos.

Il est évident que les ennuis offensifs de Brandon Drury militent en faveur d’une promotion rapide du jeune Guerrero. Solide en défensive, Drury a affiché une moyenne de ,163 tout en étant retiré 22 fois au bâton lors des 13 premiers matchs des Blue Jays.

Et pour inviter les Canadiens à aller voir Vlad Jr à l’œuvre, les Bisons accepteront l’argent canadien au pair pour l’achat de billets des matchs des Bisons et aux comptoirs d’alimentation, jusqu’au 30 avril.

Montoyo fait écarquiller les yeux

Inutile de revenir sur la façon dont John Gibbons dirigeait les Jays au cours des dernières saisons, alors qu’il s’appuyait sur la force de frappe de ses gros canons.

Après seulement trois gains dans ses 11 premiers matchs et un balayage de quatre parties aux mains des Indians, les Blue Jays ont eu une réunion d’équipe avant d’affronter les Red Sox à Boston.

J’ignore quelle mouche a piqué les Jays contre les Red Sox, mais ils ont volé trois buts (dont le marbre par Lourdes Gurriel), exécuté un court-et-frappe en plus de déposer un amorti-sacrifice avec un compte de deux prises !!!

J’ose croire que c’est un avant-goût de la stratégie que préconisera le nouveau gérant Charlie Montoyo.

Ce n’est qu’un seul match... mais de nombreux partisans m’ont exprimé leur satisfaction de voir la stratégie utilisée par Montoyo, précisant que c’était rafraîchissant et surtout intéressant d’assister à une nouvelle attitude de la part des frappeurs des Jays.

Une hirondelle ne fait pas le printemps... pas plus qu’un match ne fait une saison...

Mais Montoyo n’a pas paniqué pendant le dur début de campagne de sa troupe et il a attendu que, statistiques à l’appui, il ait des munitions pour faire passer son message.

Reste à espérer, maintenant, que ses instructeurs n’attendront pas une autre série de déboires avant de leur rafraîchir la mémoire, car cinq fois dans leurs 15 premiers matchs, les Jays n’ont obtenu aucun coup sûr au cours de leurs cinq premières manches.

Les lanceurs partants ont besoin d’un meilleur appui de la part de l’attaque.

Cadeau des Brewers à leur commentateur

Les joueurs des Brewers de Milwaukee considèrent tellement le commentateur Bob Uecker comme l’un des leurs qu’ils ont décidé, à l’unanimité, de lui offrir une part entière des recettes provenant des séries éliminatoires.

Ils lui ont remis un chèque au montant de 123 000 $.

Bien que touché du geste des joueurs, Uecker a décidé de partager ce montant entre diverses œuvres de charité de la région de Milwaukee.

Cette saison, à l’âge de 85 ans, Uecker entreprendra sa 49e campagne à la radio des Brewers et sa 64e année dans le baseball.

En six saisons comme joueur, il a porté les couleurs de Milwaukee, St-Louis, Philadelphie et Atlanta.

Esteban Loaiza en prison

Esteban Loaiza
Photo AFP
Esteban Loaiza

L’ancien lanceur des majeures Esteban Loaiza a été condamné à trois ans d’emprisonnement par un tribunal de San Diego ayant été trouvé en possession de 20 kilogrammes de cocaïne. Il avait avoué vouloir distribuer cette drogue.

Loaiza, originaire de Tijuana, Mexique, a évolué avec les Yankees, les Dodgers, les Rangers, les Nationals, les Pirates, les A’s, les Blue Jays et les White Sox au cours de sa carrière de 14 ans.

Il avait pourtant gagné plus de 43 millions $ dans les majeures et avait participé à deux matchs des étoiles, soit en 2003 et 2004.

Tom Seaver atteint de démence

L’ancien lanceur des Mets, des Reds, des White Sox et des Red Sox, Tom Seaver, est aujourd’hui atteint de démence à l’âge de 74 ans.

Seaver, qui a lancé durant 20 saisons dans les majeures, avait bouclé sa carrière avec une fiche de 311 victoires et 205 revers et une moyenne de points mérités de 2,86.

Élu au Temple de la renommée en 1992 avec 98,8 % des votes, « Tom Terrific » a mérité trois trophées Cy-Young en plus du titre de Recrue de l’année et de participer à 12 matchs des étoiles.

Depuis sa retraite, Seaver exploite un vignoble en Californie.