/news/transports
Navigation

Le pont fermé en raison d’un trou dans la chaussée

Le bris d’un joint de dilatation touche ce lien vers l’île d’Orléans

C’est la seconde fois, depuis octobre 2018, qu’un trou se forme dans la chaussée du pont de l’Île-d’Orléans à la suite d’un bris de joint de dilatation. À chaque fois, les travaux de réparation ont forcé la fermeture partielle ou complète du seul lien routier des insulaires.
Photo Agence QMI, Guy Martel C’est la seconde fois, depuis octobre 2018, qu’un trou se forme dans la chaussée du pont de l’Île-d’Orléans à la suite d’un bris de joint de dilatation. À chaque fois, les travaux de réparation ont forcé la fermeture partielle ou complète du seul lien routier des insulaires.

Coup d'oeil sur cet article

Un nouveau trou s’est formé dans la chaussée du pont de l’Île-d’Orléans à la suite du bris d’un joint de dilatation, ce qui a forcé sa fermeture complète pendant une heure, mardi soir.

Le ministère des Transports (MTQ) a été contacté par un « surveillant du réseau routier » vers 20 h, mardi, après qu’il eut observé le trou, de la grosseur d’un nid-de-poule, et constaté le bris du joint de dilatation. Le pont a d’abord été partiellement fermé, alors que la circulation s’est effectuée en alternance, avant d’être complètement fermé de 21 h à 22 h afin de permettre aux équipes de colmater la brèche et de réparer le joint de dilatation défectueux.

« Une plaque d’acier a été installée dessus avec un peu d’asphalte autour pour aplanir un peu la surface et éviter de briser les voitures », explique la porte-parole du MTQ Émilie Lord. La circulation a de nouveau été permise en alternance entre 22 h et minuit afin de permettre aux équipes de fignoler le travail, après quoi le pont a été complètement rouvert. Il s’agit du second bris de joint de dilatation à survenir sur la chaussée de la structure depuis octobre dernier. Mme Lord n’a pas nié que l’usure et l’âge du pont, construit en 1935, puissent être à l’origine, mais a ajouté que plusieurs facteurs peuvent en être responsables.

« On a ciblé différents travaux à faire sur le pont. On sait qu’il est vieillissant et le MTQ ne ménage aucun effort afin de s’assurer que le pont soit en ordre jusqu’à la mise en service du nouveau pont », indique la porte-parole. Le remplacement du pont par une structure à haubans a été repoussé à 2027 par le gouvernement Legault.

« Sécuritaire »

Il faut dire que le piètre état du pont de l’Île-d’Orléans fait couler beaucoup d’encre ces dernières années, alors que les clichés peu rassurants s’accumulent. Malgré l’usure évidente de la structure et les bris répétitifs, Mme Lord réitère qu’elle demeure « sécuritaire ». « Il ne faut pas que les gens aient peur de traverser d’un bout à l’autre. On ne lésinerait pas sur la sécurité des gens. Ils ne tomberont pas à l’eau. »

Ce nouveau bris n’inquiète également pas le préfet de la MRC de l’Île-d’Orléans et maire de Sainte-Pétronille, Harold Noël, pour qui le remplacement de joints de dilatation est normal après une vingtaine d’années. Admettant que le pont est rendu au bout de sa vie utile depuis au moins 10 ans, il fait néanmoins confiance aux experts du MTQ.

« Si c’était dangereux, ils y interdiraient la circulation, croit M. Noël. On a la garantie du MTQ qu’il va être entretenu correctement d’ici l’obtention du nouveau pont. »

Inquiétudes

Toutefois, certains insulaires sont nerveux à l’idée de traverser le lien routier. C’est le cas de Guylaine Gingras, qui a emprunté le pont vers 14 h, mardi, et qui n’a pu éviter le trou dans la chaussée.

« Certains diront qu’on est trop alarmistes, mais j’ai passé sous le pont en bateau. Je ne peux pas croire qu’on roule sur ce pont. Ça fait peur. »

Des travaux à venir

  • Une inspection générale du pont a été réalisée par le MTQ à l’été 2018.
  • Rapport de près de 600 pages dévoilé en février.
  • 1130 éléments analysés.
  • Le joint de dilatation brisé mardi et une dizaine d’autres ont été ciblés.
  • Ils doivent être remplacés au cours de l’été 2019.
  • Ronde de travaux évalués entre 1 M$ et 5 M$.
  • Des sections de glissières de sécurité et des joints intermédiaires seront notamment remplacés.