/finance/business
Navigation

Les entreprises étrangères ont de l’appétit pour Québec

Coup d'oeil sur cet article

L’intérêt des entreprises étrangères pour la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec n’a pas dérougi en 2018. L’an dernier, ce sont 267,3 millions $ qui ont été injectés sur le territoire, soit 112,4 millions $ de plus que la cuvée 2017.

Et Québec International (QI) ne le cache pas. Il s’agit d’une année exceptionnelle. Surtout qu’à la ligne d’arrivée, ce sont 435 millions $ (+ 40 %) en retombées économiques qui ont été générées par les différentes initiatives déployées par l’agence de développement économique.

Si on décortique les investissements des compagnies étrangères sur le territoire, environ 60 % des projets proviennent de secteurs du haut-savoir : technologies digitales, manufacturiers de produits technologiques et en sciences de la vie.

Ce sont au total 26 chantiers d’implantation ou d’expansion qui ont été réalisés avec la collaboration de QI. Les sommes investies ont permis la création ou le maintien de près de 489 emplois, peut-on lire dans le rapport annuel de l’organisation.

«Nous avons participé à plusieurs dossiers importants. Le réinvestissement des filiales étrangères sur le territoire a représenté 93 % des investissements totaux», indique au Journal le pdg de QI, Carl Viel. Mais motus et bouche cousue sur le nom des entreprises. L’agence n’ayant pas comme rôle de dévoiler les projets ou les transactions. «L’an dernier, nous avons aidé 879 entreprises différentes et 96 délégations économiques sont venues à Québec», poursuit-il.  

Dossier chaud

La main-d’œuvre a également été un dossier chaud chez QI au cours des derniers mois. Avec un taux de chômage sous la barre de 4 % dans la RMR de Québec, plusieurs entrepreneurs doivent se tourner vers l’étranger pour dénicher de nouveaux talents. Ce sont 1107 travailleurs internationaux, soit plus du double qu’en 2017, qui ont été recrutés l’an dernier par QI.

«Cela représente environ 2700 personnes qui se sont installées dans la région avec les conjointes et les enfants», précise M. Viel.

En 2018, son agence a réalisé pas moins de 52 missions économiques visant à charmer de nouveaux travailleurs et à attirer de nouvelles entreprises, notamment du côté de l’Europe, de l’Inde et des États-Unis.

Pour les prochains mois, les défis chez QI seront similaires à ceux de 2018. L’organisation continuera d’épauler les compagnies dans le recrutement de leur main-d’œuvre et elle les accompagnera dans leur virage numérique.