/entertainment/tv
Navigation

Finale crève-cœur pour «District 31»

La troisième saison du drame policier s’est terminée de manière dramatique

Michel Charette (Bruno Gagné) livre une performance déchirante dans les dernières secondes de l’épisode.
Photo Capture d’écran, Radio-Canada Michel Charette (Bruno Gagné) livre une performance déchirante dans les dernières secondes de l’épisode.

Coup d'oeil sur cet article

Luc Dionne a encore une fois déjoué les pronostics jeudi soir en clôturant la troisième saison de District 31 de manière aussi inattendue que bouleversante. Les dernières images hanteront assurément plusieurs téléspectateurs au cours des semaines à venir.

(A-t-on vraiment besoin de préciser que vous devriez arrêter votre lecture immédiatement si vous n’avez pas encore regardé l’épisode ?)

Lors d’une poursuite automobile sous haute tension pour attraper Yannick Dubeau (Patrice Godin), Bruno Gagné (Michel Charette) a violemment percuté une petite fille qui s’était arrêtée en pleine rue pour ramasser son jouet. La réaction du sergent-détective en voyant poindre la petite botte jaune de l’enfant sous son automobile confirmait ses – et nos – craintes : la fillette est décédée.

À fendre l’âme

Bien qu’il s’agissait d’une autre finale de saison fatale (Kevin en 2017 et Phaneuf en 2018), l’émotion qui s’en dégageait était complètement différente. Impossible de rester de glace en voyant le pauvre policier crier de douleur juste avant l’apparition du générique, d’autant plus qu’on sait combien les histoires impliquant des enfants le touchent droit au cœur, ayant lui-même perdu les siens dans un incendie.

Profitons du moment pour souligner non seulement la performance de Michel Charette, qui est venu nous fendre l’âme en silence, mais également la réalisation de Catherine Therrien, tout en sensibilité et sobriété après une séquence sous haute tension merveilleusement bien orchestrée.

« La télé, c’est de l’émotion »

En entrevue au Journal, Luc Dionne raconte avoir trouvé cette idée durant un échange de messages textes avec Fabienne Larouche et Michel Trudeau, les producteurs de District 31.

« Tuer du monde pour tuer du monde, ce n’est pas ma tasse de thé, indique l’auteur. Mais on savait qu’on tenait quelque chose si Bruno frappait un enfant pendant une chasse à l’homme. La télé, c’est de l’émotion. Quand les gens répondent avec autant d’enthousiasme, c’est la plus grande paye. »

Luc Dionne n’a pas voulu dire comment cet événement teintera la quatrième saison de District 31. Il précise toutefois que l’action reprendra quelques mois après.

Il commencera à écrire ces nouveaux épisodes le 3 juin, à son retour du Festival de Cannes, un voyage qu’il effectue chaque année pour recharger ses batteries, se ressourcer et faire le plein de cinéma.

Une victime moins innocente

Ce 360e épisode de District 31 a fait une autre victime, moins innocente, par contre. Les services secrets ont finalement réussi à repérer – et assassiner – le chef des motards, Denis Larose (Steve Banner), ainsi qu’à récupérer le fameux disque dur comprenant les conversations compromettantes de Phaneuf.

Quant à Yannick Dubeau, on ose espérer qu’au retour du feuilleton, en septembre, il croupira derrière les barreaux, même s’il s’est avéré un personnage très payant pour Radio-Canada et District 31 cette année. Le 24 janvier, près de 1 800 000 personnes étaient rivées à leur téléviseur pour assister – en direct – à son arrestation. Ce genre de réponse encourage Luc Dionne à poursuivre la série, malgré l’énorme charge de travail qui l’attend chaque saison.

« Au début, je m’étais donné comme objectif de faire quatre ou cinq ans, révèle l’auteur. Des fois, quand je suis tanné, je pense à tous les gens qui aiment regarder la série en rentrant chez eux le soir, pis ça passe. »

Sur le même sujet