/news/society
Navigation

Notre-Dame de Paris: Eve Torres s'excuse pour ses commentaires

Notre-Dame de Paris: Eve Torres s'excuse pour ses commentaires
Photo d'archives, Dominique Scali

Coup d'oeil sur cet article

L'ancienne candidate de Québec solidaire, Eve Torres, a présenté des excuses officielles après avoir fait une «plaisanterie» jugée déplacée à la suite de l’incendie de la cathédrale Notre-Dame en début de semaine.

«Je ne reviendrai pas sur mon propos qui a véritablement heurté plusieurs personnes, mais une fois encore, je leur présente de profondes excuses», a affirmé Mme Torres lors d’un point de presse jeudi durant lequel une surveillance policière était assurée.

Mme Torres, de confession musulmane, avait fait un commentaire qui liait l’incendie de Notre-Dame de Paris et le projet de loi 21 au sujet des signes religieux du gouvernement Legault. « [...] Quand tu interdis aux autres de porter leurs signes religieux, tu fâches notre “Ami imaginaire”, puis voilà le résultat», avait-elle écrit sur les réseaux sociaux.

Suivait ensuite un message indiquant qu’à la place de François Legault, elle ferait «dormir les pompiers à la basilique de la rue Notre-Dame.»

«Quelqu’un a commencé à faire tourner ça dans des réseaux plus radicaux apparemment et après ça tout le monde s’en ait donné à cœur joie», a-t-elle raconté.

Mme Torres a ensuite retiré son intervention, en indiquant qu’il s’agissait d’une blague. «C’était trop tard, mais c’était la première chose à faire.»

Manon Massé s'était aussi dissociée des commentaires publiés par l’ancienne candidate, qui s’était présentée dans Mont-Royal-Outremont aux dernières élections.

Eve Torres a indiqué prendre «la mesure de la responsabilité» qui lui incombe. «De cette expérience je retiendrai l’importance de l’usage des mots dans l’espace public. Nous tous et toutes avons la responsabilité de maintenir la cohésion sociale, surtout celles et ceux qui ont une tribune.

Messages haineux

De nombreux messages de haine ont visé l’ancienne candidate solidaire à la suite de ces commentaires. «Ça s’est pas arrêté, la plupart des gens avaient jamais vu autant de backlash», a-t-elle mentionné en ajoutant qu’elle reçoit depuis des années des messages de haineux et des «vraies menaces».

«Comme je sais avoir commis une erreur, recevoir des critiques, que les gens soient choqués ou en colère, qu’ils s’expriment, qu’ils reprochent, c’est tout à fait compréhensible», a-t-elle expliqué.

«Personne au Québec ne devrait avoir à craindre pour sa sécurité ou sa vie parce qu’il exprime une opinion, une position différente.»