/news/society
Navigation

Trop de résidences de tourisme à Percé

Le conseil municipal imposera un moratoire le 14 mai

Le Rocher Percé / Gaspésie,Québec,Canada
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

RIVIÈRE-DU-LOUP | La Ville de Percé n’accordera plus aucun nouveau permis pour des résidences de tourisme saisonnier, afin que les nouveaux arrivants puissent avoir accès à ce genre de propriété.  

Les maisons d’hébergement touristique ont poussé comme des champignons ces dernières années, a constaté la mairesse de Percé, Cathy Poirier.  

Des gens ont acheté à grand prix ces coquettes résidences pour les louer à la semaine durant la saison touristique. Résultat, les nouveaux résidents qui souhaitent s’établir à Percé n’ont pas accès à ce genre de maisons, ce qui inquiète la Ville d’environ 3200 habitants.  

Nouveaux arrivants  

«Il faut avoir des maisons disponibles pour les nouveaux arrivants. On ne veut pas dépeupler notre village. On doit penser citoyen, on a de moins en moins de familles, de moins en moins de gens qui y habitent à l’année», dit la mairesse Cathy Poirier.  

Le conseil municipal imposera un moratoire le 14 mai prochain pour toute nouvelle résidence de tourisme dans le cœur du village jusqu’à L’Anse-à-Beaufils.  

On compte actuellement 22 résidences de tourisme dans le secteur visé de 15 kilomètres. Le reste de la ville en compte 22 autres. Les 44 existantes pourront demeurer en activité.  

Équilibre  

«Parmi toutes ces maisons-là, il y en a plusieurs qui ont été achetées, retapées, et qui sont louées à la semaine, alors que beaucoup de gens cherchent des maisons, mais ne peuvent pas y avoir accès», ajoute Marie Leblanc, responsable de l’accueil et de la promotion touristique à Percé.  

Le conseil municipal estime qu’il faut, au-delà des touristes, penser à la population locale. «On est une petite communauté qui a un gros fardeau, dans un immense territoire. On a des taxes très élevées du fait qu’on est une destination touristique internationale qui demande beaucoup d’investissements au niveau de l’entretien et de la masse salariale au bureau d’accueil touristique», rappelle la mairesse Poirier.  

Rappelons que Percé compte 700 unités dans les hôtels, motels, gîtes et résidences de tourisme, en plus de 900 emplacements de camping.