/news/provincial
Navigation

Aéroport de Québec: la Ville de Québec persiste et signe

aéroport de Québec
Photo d’archives, Jean-François Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

Contrairement à la Ville de Lévis et à la Chambre de commerce et d’industrie de Québec (CCIQ), la Ville de Québec persiste à proposer uniquement deux noms – au lieu des six demandés – pour siéger au conseil d’administration de l’aéroport.

Les règles de gouvernance de l’aéroport de Québec prévoient que chaque entité propose trois noms pour chacun des postes à pourvoir. Or, la Ville de Québec refuse toujours de s’y conformer.

Pour remplacer deux membres démissionnaires, Alain April et René Rouleau, la municipalité suggère les seuls noms de Claude Choquette, président du Groupe Le Massif, et de Denis Leclerc, président du Groupe Biscuits Leclerc.

Claude Choquette, président du Groupe le Massif
Photo d'archives
Claude Choquette, président du Groupe le Massif

«On a toujours nos deux candidatures qui sont sur la table. Ce sont des candidatures de fort calibre. Ces gens-là pourraient contribuer positivement aux travaux du conseil d’administration de l’aéroport», a insisté Rémy Normand, vice-président du comité exécutif, jeudi.

Denis Leclerc, président du Groupe Biscuits Leclerc
Photo d'archives
Denis Leclerc, président du Groupe Biscuits Leclerc

Autres entités

Pendant quelques semaines, la CCIQ a tenu un raisonnement semblable à celui de la Ville en proposant le seul nom de Luc Dupont (un ancien administrateur de l’aéroport) pour occuper le poste laissé vacant à la suite de la fin du mandat de Liliane Laverdière. Or, la semaine dernière, la Chambre a fini par ajouter deux autres suggestions – Diane Déry et Constance Lemieux – pour se conformer aux règles en vigueur.

D’autre part, l’aéroport de Québec a récemment nommé deux nouvelles personnes à son CA – Martin Lafrance et de Sophie-Emmanuelle Chebin – à la suite de suggestions de noms faites par la Ville de Lévis.

À l’aéroport, la porte-parole Laurianne Lapierre a affirmé que «nous avons rappelé aux entités de désignation concernées (Ville de Québec et CCIQ) les règles de gouvernance auxquelles elles doivent se soumettre. Pour l’instant, nous attendons toujours les candidatures de la Ville de Québec».