/news/green
Navigation

Des Lévisiens se préparent à évacuer leur maison

Des résidents viennent voir le niveau de la rivière Beaurivage de Saint-Étienne-de-Lauzon.
Photo Stevens LeBlanc Des résidents viennent voir le niveau de la rivière Beaurivage de Saint-Étienne-de-Lauzon.

Coup d'oeil sur cet article

Malgré la pluie constante, la situation se dégrade moins rapidement que prévu à Saint-Étienne-de-Lauzon, où des citoyens se préparent toujours à évacuer leur demeure devant la rivière Beaurivage toujours menaçante.

La Sécurité civile de la Ville de Lévis a précisé vendredi soir que le niveau de la rivière Beaurivage était en augmentation constante, mais que l’évolution de la situation était « plus lente ». L’évacuation préventive a donc été repoussée à 16 h samedi. Aucun débordement n’a encore été signalé sur le territoire.

Des résidents viennent voir le niveau de la rivière Beaurivage de Saint-Étienne-de-Lauzon.
Photo Stevens LeBlanc

« Le risque de débordement est significatif. Les 24 prochaines heures vont être déterminantes. On est sur un pied d’alerte », indique le chef de division du service de la sécurité incendie de la municipalité, Stéphane Gaumond.

Selon Environnement Canada, de 40 à 60 millimètres de pluie vont s’abattre sur la région et un avertissement d’onde de tempête est toujours en vigueur.

Inévitable

« Si ce qui est prévu se concrétise, c’est pratiquement certain qu’on va atteindre des seuils d’inondation. Glace, pas glace, à un moment donné, la capacité de la rivière à prendre de l’eau est limitée et ça déborde », ajoute M. Gaumond.

En début de journée, un couvert de glace s’est formé sous le pont de la route 171, un secteur critique lors des crues printanières.

Les autorités ne souhaitent aucune surprise et recommandent aux résidents situés dans les zones à risque de quitter leur maison au moment demandé. « On aime mieux sortir les gens les pieds au sec que d’être obligés d’aller les chercher en bateau. C’est plus sécuritaire pour tout le monde », dit M. Gaumond.

« On va sortir »

Les citoyens rencontrés ont l’intention de se conformer à l’avis préventif d’évacuation.

Des résidents viennent voir le niveau de la rivière Beaurivage de Saint-Étienne-de-Lauzon.
Photo Dominique Lelièvre

 

« C’est officiel que ça va déborder. Il mouille trop. On ne peut rien faire », croit Jeannick Pelletier, 74 ans.

De leur côté, Guy Cossette et Thérèse Trottier souhaitent que le scénario de 2014 ne se répète pas. Il y a cinq ans, les glaces de la rivière avaient littéralement défoncé le mur de leur maison.

« On se croise les doigts. On ne peut rien faire contre la température, mais la Ville s’occupe bien de nous autres », dit Mme Trottier.

—Avec la collaboration de Jean-François Racine