/opinion/columnists
Navigation

Fini de mettre notre argent à l’eau?

La fin des indemnisations illimitées aux inondés sera appuyée en théorie par la population. Son application dans le concret sera néanmoins déchirante.
Photo Agence QMI, Steve Poulin La fin des indemnisations illimitées aux inondés sera appuyée en théorie par la population. Son application dans le concret sera néanmoins déchirante.

Coup d'oeil sur cet article

Via les programmes de la sécurité civile, le gouvernement du Québec vient chaque année en aide aux sinistrés des catastrophes naturelles. C’est très bien, un peu comme une assurance collective que nous nous offrons. Les gens de Gatineau frappés par des tornades en septembre dernier ont bien besoin de cette aide pour appuyer les rénovations ou les reconstructions de leurs propriétés.

Par contre, cette assurance collective est devenue une farce à certains endroits. Lorsque vous êtes construit dans un secteur qui subit des inondations à répétition, du genre trois à cinq fois par décennie, nous n’assurons plus un risque, nous assurons une certitude. C’est exactement la chose qu’on doit éviter à tout prix en assurance. Sauf au gouvernement, où l’argent des contribuables offre cette marge de manœuvre.

Réforme populaire

Pendant une semaine d’inondations, notamment le long de la rivière Chaudière, en Beauce, la ministre Geneviève Guilbault se lance dans une opération courageuse et risquée. Mettre fin aux indemnisations à répétition. Arrêter de mettre de l’argent à l’eau, sans mauvais jeu de mot pour les inondés qui ont la vie dure.

Sa réforme du processus des indemnisations propose un nouveau pacte social. D’un côté, plus d’efficacité, moins de bureaucratie. Les sinistrés peuvent espérer être dédommagés dans des délais raisonnables, ce qui fait cruellement défaut présentement. Mais en contrepartie, ces compensations ne sont plus disponibles comme un bar ouvert.

Discutée du point de vue des principes, la nouvelle politique obtiendra un appui tout naturel et très large. Les contribuables se plaignent déjà depuis longtemps de la facture salée des abonnés aux indemnisations dues aux inondations.

Cris du cœur

Sauf que ce ne sera pas si simple dans l’application. Délocaliser une famille, forcer des gens à déménager, voilà l’une des choses les plus difficiles à imposer par l’autorité. Le jour où un couple en pleurs racontera perdre le projet d’une vie en étant forcé de quitter cette belle propriété au bord de l’eau, l’opinion publique va fléchir.

Même les supporters de la réforme finiront par se laisser attendrir lorsqu’un monsieur nous expliquera qu’il a planté cette haie de rhododendrons de ses propres mains. Ou que madame racontera ses soirées réconfortantes, assise sur son balcon à regarder les flots qui sont sa raison de vivre. Des témoignages les yeux rougis qui refléteront une sincère détresse.

Il faudra une bonne dose de colonne vertébrale pour garder le cap sur cette réforme. Établir des règles claires en matière de limites aux indemnisations et les faire connaître. Puis, être ferme dans l’application de ladite loi. Les futurs riverains frustrés doivent au minimum sentir que la règle est claire, prévisible et juste pour tous.

Puis, il y a le problème des municipalités. Partout où des habitations sont construites, un permis municipal fut un jour délivré... Les municipalités sont plus conscientes aujourd’hui de la réalité des zones inondables. Elles devront être mises dans le coup.