/opinion/columnists
Navigation

La mairesse Plante ne sourit plus

brulotte
Photo Pierre-Paul Poulin La mairesse se croit investie d’une mission.

Coup d'oeil sur cet article

« L’ambition dont on n’a pas les talents est un crime », a écrit Chateaubriand. Valérie Plante poursuit sa carrière de mairesse de Montréal comme si elle s’apprêtait à faire sécession.

Le rire saccadé et interminable dont elle a été prise le soir de son élection annonçait sa politique future, pour ne pas dire futuriste. La mairesse s’est crue investie d’une mission, celle de faire de Montréal un pays indépendant du reste du Québec. Une cité-État, à vrai dire.

C’est dans cet esprit que Valérie Plante, faisant fi de la loi 101, se perçoit comme la championne du bilinguisme. D’ailleurs, quand elle parle uniquement en anglais, elle avoue ne pas s’en rendre compte. D’où il faut déduire que sa fierté première n’est pas d’être francophone, mais bilingue.

Le fleurdelisé

Elle n’est d’ailleurs pas une fan du drapeau du Québec qui, selon la loi, doit être arboré dans toutes les municipalités. À Montréal, en 2017, lorsqu’elle a reçu le premier ministre Trudeau, seuls les drapeaux du Canada et de la ville étaient en place. Sous la pression populaire, le drapeau du Québec est désormais présent, et ce, depuis l’automne 2018. Le ministre de la Justice a dû lui rappeler que Montréal doit appliquer la loi.

Découvrez À haute voix, une série balado sur les enjeux de la société québécoise contemporaine, par Denise Bombardier.

La mairesse, qui partage la vision multiculturelle de Justin Trudeau, est la passionaria du combat livré contre le projet de loi 21 sur la laïcité. Et ses affinités avec Québec solidaire ne sont un secret pour personne. C’est ce qui lui fait perdre de vue qu’une proportion importante de Montréalais francophones et allophones appuient la laïcité conçue par le gouvernement caquiste.

Le conseil municipal en entier fait front commun contre le projet de loi. Cela en dit long sur sa déconnexion politique et culturelle. En effet, nombre de citoyens préfèrent se définir avant tout comme Montréalais. Pour bien marquer leur appartenance au cosmopolitisme qui inscrit les habitants des mégapoles dans une culture et une manière de vivre et de penser supérieure à celles des habitants des petites villes et des campagnes.

Dédain

Ces urbains glamourisent leurs valeurs, manifestant ainsi un dédain pour ceux dont les références sont dépassées, « de l’ancien temps », comme on dirait chez nous. À leurs yeux, les identitaires qui flirtent avec le nationalisme et s’accrochent à leur langue et à leur folklore sont jurassiques.

Pourtant, les multiculturels défendent sans états d’âme des revendications formulées par des fondamentalistes religieux.

La mairesse parle d’un Québec qui viole les libertés individuelles comme si le projet de loi sur la laïcité interdisait les signes ostentatoires religieux sur tout le territoire du Québec.

Le chef de l’opposition, Lionel Perez, qui porte la kippa, a fait une sortie en règle, des sanglots dans la voix. « Ma kippa n’est pas un affront à la laïcité », a-t-il dit, oubliant que même avec la loi 21, il pourra continuer de la porter à l’hôtel de ville.

Décidément, la mauvaise foi et les préjugés à l’encontre de la majorité des Québécois sont véhiculés par ceux qui combattent la laïcité.