/news/currentevents
Navigation

Retour de l’armée 2 ans plus tard

Des centaines de militaires ont à nouveau été déployés dans plusieurs régions après la forte crue de 2017

Coup d'oeil sur cet article

Des centaines de soldats ont été déployés dans plusieurs régions du Québec samedi, afin de prêter main-forte aux préparatifs pour affronter la montée des eaux qui devrait s’intensifier au cours des prochains jours.  

Les autorités ont déterminé que la présence de l’armée est prioritaire en Outaouais (Saint-André-Avellin et Pontiac), en Mauricie, au Centre-du-Québec (Bécancour, Trois-Rivières, Louiseville, Yamachiche et Maskinongé) et à Laval, a indiqué la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, dans un point de presse à la Garnison Longue-Pointe, à Montréal. 

En après-midi, des troupes des Forces armées canadiennes (FAC) sont débarquées en Beauce, où des centaines de résidences ont été inondées. Depuis 21 h samedi soir, ce sont plus de 200 soldats qui sont sur le terrain dans le secteur de Gatineau et de Trois-Rivières. Dimanche, 400 militaires vont s’ajouter. 

L’un des camions des Forces armées canadiennes qui ont été déployés samedi en Beauce, à Gatineau et à Trois-Rivières.
Photo Martin Alarie
L’un des camions des Forces armées canadiennes qui ont été déployés samedi en Beauce, à Gatineau et à Trois-Rivières.

Plus de 600

Ce total de 600 personnes pourrait être appelé à augmenter au cours des prochains jours si le besoin s’en fait sentir. 

« J’ai encore des soldats qui sont prêts à être envoyés en cas de besoin. On continue d’évaluer la situation constamment », a indiqué la brigadière générale Jennie Carignan.

Construction de digues, remplissage de sacs de sable, protection de bâtiments, évacuations, patrouilles, les tâches qui attendent les membres des FAC seront nombreuses.

« On s’attend à de grosses journées, de 14, 15, 16 heures de travail. On ne sait pas combien de temps ça va durer, mais les troupes sont prêtes et motivées à aller aider la population », a fait valoir le major Alexandre Bolduc-Leblanc, commandant adjoint de l’unité d’intervention immédiate. 

Selon un bilan provincial, plus de 900 résidences ont déjà été inondées depuis le début des crues. 

Encore cette année, les crues printanières se font sentir à Rigaud, où il est nécessaire de se déplacer en bateau.
Photo Agence QMI, Mario Beauregard
Encore cette année, les crues printanières se font sentir à Rigaud, où il est nécessaire de se déplacer en bateau.

Risque élevé

Les inondations de cette année ont causé un premier décès. Une femme de 72 ans a perdu la vie à Pontiac, en Outaouais, lorsque son véhicule est tombé dans un immense trou à la suite de l’affaissement d’un ponceau (voir autre texte en page 4).

Les autorités rappellent que le risque d’inondation demeure élevé dans plusieurs régions du Québec pendant la journée. La situation devrait s’intensifier lundi et mardi.

Plusieurs municipalités de la province ont procédé à des évacuations préventives, alors que le niveau de plusieurs cours d’eau ne cesse d’augmenter.

La rivière Chaudière en Beauce, le fleuve Saint-Laurent, le lac Louise à Weedon, la rivière Saint-François à Sherbrooke, le lac des Deux Montagnes, la rivière Bécancour, la rivière des Mille Îles, la rivière des Prairies et la rivière des Outaouais demeurent notamment sous haute surveillance.

« Les gens doivent faire preuve d’extrême prudence, d’extrême vigilance. On sait ce qui s’en vient dans les prochaines heures, alors ne prenez aucun risque inutile. Suivez les conseils de vos autorités locales », a fait valoir la ministre Guilbault.