/news/transports
Navigation

Pas d’avancées quant au financement du tramway

Québec et Montréal n’ont pas réussi à s’entendre

Coup d'oeil sur cet article

 Le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, et la mairesse de Montréal, Valérie Plante, n’ont pas encore réussi à s’entendre sur une solution qui permettrait d’assurer le financement du projet de tramway à Québec.  

 Les deux élus se sont rencontrés officiellement pour la première fois depuis les dernières élections générales, jeudi, en fin de journée, dans la métropole.   

 « Le financement du projet de tramway était au cœur des échanges », a confirmé le cabinet de Valérie Plante.   

 « Nous ne sommes pas encore rendus à l’étape d’élaborer des pistes de solutions », a indiqué à notre Bureau parlementaire Marc-André Viau, conseiller principal au cabinet de la mairesse de Montréal.   

 Même signal recueilli du côté du président du Conseil du trésor, à qui François Legault a confié le bras de fer avec le gouvernement fédéral entourant le financement du projet de tramway du maire Labeaume.   

 Les négociations se sont toutefois redirigées à Montréal, depuis qu’Ottawa s’est montré ouvert à revoir les règles de partage des 5,2 G$ contenus dans une enveloppe fédérale réservée au transport en commun. Dans une lettre transmise au Conseil du trésor au début mars, Ottawa pose une condition : que « les municipalités et les commissions de transport » concernées à Montréal confirment, par écrit, qu’elles n’ont pas besoin des 800 M$ que le gouvernement Legault souhaite affecter au projet de tramway de Québec.   

 Plante inflexible  

 Fidèle à la position exprimée en début de semaine par la mairesse Plante, « à l’heure actuelle, il n’est pas question pour Montréal de céder 800 M$ de son enveloppe de transport collectif », a réitéré hier M. Viau.   

 À défaut d’avoir trouvé une solution, les deux parties ont convenu de tenir une autre rencontre, « prochainement ». « Nous allons poursuivre nos discussions », a écrit sur Twitter M. Dubé.   

 « Nous verrons [...] s’il est possible de travailler avec les différents paliers de gouvernement pour trouver des solutions qui assureraient que Montréal conserve le même niveau de financement pour le transport collectif tout en permettant à Québec de développer son réseau structurant, qui est important pour la capitale nationale », a indiqué le bureau de la mairesse de Montréal.   

 Au cabinet de M. Dubé, la position demeure la même : Québec souhaite obtenir davantage de flexibilité dans l’usage et le transfert des milliards de dollars disponibles dans l’un ou l’autre des volets prévus dans l’entente bilatérale intégrée signée par les gouvernements Couillard et Trudeau en juin 2018.