/news/currentevents
Navigation

Un homme disparu a eu des ennuis avec la justice

Il a floué des clients pour plusieurs milliers de dollars

Coup d'oeil sur cet article

Un homme de 44 ans porté disparu à Québec depuis le 3 avril dernier est un ancien promoteur immobilier qui a eu des déboires avec la justice après avoir floué des clients pour plusieurs milliers de dollars au cours des dernières années.

La disparition de Michel Mercier a été médiatisée par le Service de police de la ville de Québec (SPVQ) mercredi dernier. Les autorités affirment que ce sont des proches de l’homme, inquiets, qui ont demandé à ce que l’affaire soit rendue publique.

Certaines personnes croient toutefois que la disparition de M. Mercier pourrait être reliée à de possibles ennuis d’argent, lui qui a notamment été condamné en décembre 2017 à verser 40 000 $ à une dame qu’il a flouée dans un processus d’achat de maison.

Victimes inquiètes

Isabelle Gauthier avait remis 25 000 $ à Michel Mercier comme acompte avant la construction d’un jumelé dans le quartier Saint-Sauveur. Le projet n’avait finalement jamais été livré et Mme Gauthier n’a jamais revu celui qui se présentait comme le promoteur du projet. Idem pour Karine Moreau et sa conjointe, qui poursuivent M. Mercier aux petites créances après avoir perdu 12 500 $ dans l’aventure.

Les victimes n’ont toujours pas vu la couleur de l’argent que leur doit Michel Mercier. Elles sont aujourd’hui convaincues de ne pas être les seules dans cette situation.

« Il y a visiblement beaucoup de monde qui le cherche », lance Isabelle Gauthier, qui était une amie de l’homme avant l’affaire. « Je suis tiraillée entre plusieurs sentiments », ajoute Mme Gauthier.

« Ma conjointe et moi, on voulait qu’il paie et que justice se fasse, mais on n’a jamais pensé que ça pouvait en arriver jusque là et qu’il disparaisse », confie de son côté Karine Moreau, qui avait, tout comme Isabelle Gauthier, dénoncé Michel Mercier dans un reportage de l’émission La Facture à Radio-Canada.

Vu près des ponts

De son côté, la police de Québec maintient que le dossier est traité comme une disparition.

« L’enquête a progressé un peu. Nous avons d’ailleurs comme information qu’il aurait été vu dans le secteur du pont de Québec », mentionne Étienne Doyon, porte-parole du SPVQ, qui refuse toutefois d’en dire plus.