/world/usa
Navigation

Vingt ans après, on commémore la tuerie de Columbine

Coup d'oeil sur cet article

Littleton | Des dizaines de personnes étaient rassemblées samedi dans la petite ville américaine de Littleton pour commémorer les 20 ans du massacre de Columbine, une des pires fusillades en milieu scolaire de l’histoire des États-Unis.   

• À lire aussi: Une femme obsédée par la tuerie de Columbine sème l’inquiétude puis se suicide  

Le 20 avril 1999, 12 élèves et un professeur de l'école secondaire de Columbine, dans le Colorado, ont été tués par deux adolescents munis d’armes à feu et d’explosifs.   

 

Une image d’archives de la tuerie à Columbine.
Photo AFP
Une image d’archives de la tuerie à Columbine.

 

Depuis Columbine, dont le nom est devenu synonyme d’effroi aux États-Unis, il y a eu plus d’une dizaine de fusillades en milieu scolaire dans le pays.   

Les rescapés de la fusillade et les familles des victimes sont réunis depuis vendredi à Littleton, où ils ont déposé des fleurs, allumé des bougies et prié pendant une veillée funèbre.    

 

Une image d’archives de la tuerie à Columbine.
Photo AFP
Une image d’archives de la tuerie à Columbine.

 

Sur un mur, les noms et biographies des victimes ont été gravés dans le marbre.   

«Ne jamais oublier», est-il écrit sur le sol.   

Dans le courant de la semaine, les commémorations ont été perturbées par la menace que laissait peser une femme armée, obsédée par la tuerie et traquée par la police dans le Colorado. Sol Pais, 18 ans, a fini par se suicider.   

Amanda Duran avait 15 ans lors de la fusillade en 1999. Cette ancienne élève de l'école a regretté pendant la semaine qu’aucune mesure n’ait été prise depuis pour limiter l’accès aux armes à feu.   

«On aurait pu croire qu’on aurait créé davantage de lois sur le contrôle des armes», a-t-elle expliqué. «Mais rien ne s’est passé. Donc je suis juste en colère.»  

La fusillade de Columbine avait profondément marqué la société américaine, en raison du jeune âge des victimes et des tueurs, et de la violation du sanctuaire qu’est censé représenter une école.   

Cet événement tragique a par la suite inspiré le film de Gus Van Sant, Elephant (2003), ou encore le documentaire Bowling for Columbine de Michael Moore (2002).