/entertainment/music
Navigation

Fous de leurs idoles: de fan inconditionnelle à directrice de tournée

«Elle m’inspirait confiance», dit Alain Morisod

Alain Morisod
Photo Andréanne Lemire Il y a deux semaines, à Shawinigan, c’était l’heure des répétitions en vue de la tournée québécoise de Sweet People, et Michèle Garneau en a profité pour renouer avec Alain Morisod.

Coup d'oeil sur cet article

SHAWINIGAN | L’histoire de Michèle Garneau est sûrement unique. Après avoir vu Alain Morisod et Sweet People 266 fois en concert, elle a obtenu une promotion amplement méritée : directrice de tournée pour le Québec.

Depuis 2013, cette inconditionnelle du chanteur suisse depuis trois décennies est donc à ses petits soins à chacun de ses séjours chez nous.

« Elle a mal tourné », la taquinait gentiment M. Morisod lors d’une séance photo récente pour Le Journal avec sa fan québécoise numéro 1, à Shawinigan.

C’est Alain Morisod qui a lui-même approché Mme Garneau quand il a perdu les services de son producteur québécois, en 2012.

Pourquoi elle ? « Elle m’inspirait confiance. C’est une question de feeling », explique M. Morisod, qui avait fini par remarquer et connaître cette résidente de Québec qui le suivait pas à pas au fil des ans.

« Grâce à eux, confie Michèle Garneau en désignant l’équipe de la vedette, je suis capable de vivre un rêve que je croyais inaccessible. Quand j’étais jeune, j’ai toujours aimé et envié le milieu artistique. J’aurais voulu m’y voir. Maintenant, j’ai la chance de m’en approcher et de découvrir tout ce qu’il y a autour. »

Gardienne de la maison

Mme Garneau, qui a voyagé neuf fois en Suisse grâce aux liens d’amitié qu’elle a développés avec son idole, est tellement dans les bonnes grâces du clan Morisod que le chanteur lui a même ouvert les portes de sa demeure en banlieue de Genève.

« Quand Alain et son épouse Mady sont partis en voyage, l’automne dernier, je leur ai proposé d’aller m’occuper de la chienne et de la maison parce que la dame qui vivait avec Alain depuis qu’il avait cinq ans est décédée. J’y ai vu un bénéfice qui faisait l’affaire de tout le monde. Je l’ai proposé et ils m’ont prise au mot. Ça m’a permis de créer des amitiés là-bas », relate-t-elle.

Du glamour pour papa et maman

Au-delà de ce qu’elle retire personnellement de son étroite association avec Alain Morisod, Michèle Garneau se réjouit du bonheur qu’elle a procuré à ses parents.

« En tant que fille unique, je voulais rendre mes parents fiers. Ils aimaient dire : notre fille est partie à un spectacle et elle connaît Alain Morisod. Ça apportait un peu de glamour dans leur vie. »

1992

À la salle Albert-Rousseau, à Québec, Michèle Garneau suivait son idole depuis déjà quatre ans sur cette photo.
Photo courtoisie
À la salle Albert-Rousseau, à Québec, Michèle Garneau suivait son idole depuis déjà quatre ans sur cette photo.

2002

Une autre photo souvenir prise lors d’un des nombreux passages d’Alain Morisod et Sweet People à Québec.
Photo courtoisie
Une autre photo souvenir prise lors d’un des nombreux passages d’Alain Morisod et Sweet People à Québec.

Michèle Garneau et Alain Morisod

  • Fan depuis novembre 1988
  • Vu 266 fois au Québec en plus de deux croisières en Europe, des bals estivaux, des émissions de télé et des concerts de Noël en Suisse
  • À venir : le reste de la tournée canadienne qui se termine au mois de mai en tant que directrice de tournée au Québec, poste qu’elle occupe depuis 2013
  • Elle a dit : « Je me reconnais dans le style musical et leurs paroles. En trente ans, on vit beaucoup d’émotions. Qu’elles aient été positives ou négatives, Alain Morisod et Sweet People m’ont toujours aidée à passer à travers. »