/news/health
Navigation

Changements climatiques: des médecins s’inquiètent pour le réseau de la santé

Petro Canada
photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Des médecins, infirmières et autres professionnels de la santé s’unissent pour demander aux décideurs d’agir contre les changements climatiques, qui mettent une pression énorme sur le réseau de la santé, estiment-ils.

«Ignorer le stress grandissant sur notre système de santé public et ses travailleurs que posent les changements climatiques n’est simplement pas une option viable», écrit le collectif, composé notamment de l’Association canadienne des médecins pour l’environnement (ACME).

Les membres ont notamment ciblé la pollution atmosphérique, les vagues de chaleur, les allergènes et l’émergence de nouveaux virus et nouvelles bactéries comme des conséquences des changements climatiques sur la santé publique.

«Face aux changements climatiques, le diachylon ne suffit plus: c’est un véritable code bleu qui est lancé, comme ce qu’on crie à l’urgence lorsqu’un patient tombe en arrêt cardiaque», a indiqué Claudel Pétrin-Desrosiers, une des porte-parole de l’ACME.

«Le statu quo est inacceptable: c’est mon devoir en tant que médecin de nous prescrire plus d’ambition politique», a-t-elle ajouté.

Le collectif demande notamment une réduction «drastique de notre dépendance aux énergies fossiles» et la «transition décisive» vers la réduction de l’utilisation de la voiture au profit d’infrastructures favorisant le transport actif et le transport collectif et électrifié.

Outre l’ACME, le regroupement d’organismes est notamment composé de la Fédération interprofessionnelle de santé du Québec (FIQ), du Regroupement des médecins omnipraticiens pour une médecine engagée (ROME) et de la Fédération médicale étudiante du Québec (FMEQ).

Le collectif sera d’ailleurs présent à la grande manifestation de la semaine de la terre, qui aura lieu samedi à Montréal.