/entertainment/music
Navigation

Fous de leurs idoles: il a assisté à 209 spectacles des Cowboys fringants

«Ils sont très approchables et très gentils»

Dean Kalaidjian en compagnie des Cowboys fringants à L'Assomption, en 2016.
Le Journal de Québec Dean Kalaidjian en compagnie des Cowboys fringants à L'Assomption, en 2016.

Coup d'oeil sur cet article

Vous aimez jaser du Canadien de Montréal avec vos collègues et amis? Dean Kalaidjian, lui, le fait avec les membres de son groupe préféré, les Cowboys fringants.  

Avec 209 concerts au compteur, et donc presque autant d’occasions de les rencontrer, on devine que ce Montréalais est loin d’être un inconnu pour les membres du populaire quatuor.  

«Après les shows, ils prennent le temps de voir les fans. Ils sont approchables et très gentils. Pas inaccessibles comme un Bono. Des fois, avec Karl et JF, on jase de hockey comme on jase de n’importe quoi. Ce sont des gens normaux», raconte M. Kalaidjian, qui doit d’ailleurs à Karl Tremblay l’instauration de la tradition de la tuque chanceuse.  

«C’était à ma première photo avec eux, après un show en hiver. J’ai attendu pour les voir. Pour la photo, Karl a mis ma tuque de bison sur sa tête. Depuis, j’ai plus de 6000 photos avec ma tuque et des vedettes culturelles et de sport. Elle donne la chance. Par exemple, chaque fois que Max Pacioretty flattait la tuque, quand il était avec le Canadien, il comptait un but le match suivant.»  

 Les cowboys à la rescousse  

Membre émérite des Québécois fringants, une communauté d’admirateurs qui se rencontrent pour les concerts aux quatre coins de la province, Dean Kalaidjian a un jour eu la chance d’avoir l’aide de ses favoris dans des circonstances qui auraient pu être dramatiques, en 2006.  

Durant une tournée du Québec pour suivre les Cowboys fringants, Dean Kalaidjian et trois autres fans venaient de quitter Matagami en direction de Senneterre lorsque leur véhicule s’est fracassé dans un fossé, après avoir effectué trois tonneaux.  

 Heureusement, qui s’en venait tout juste derrière ? Les Cowboys fringants.  

«Ils ne savaient pas que c’était nous, mais ils se sont arrêtés pour nous aider. Karl a donné ses bas à une des filles. Nous étions corrects, mais nous sommes allés à l’hôpital quand même.»  

 Deux des rescapés, dont Dean Kalaidjian, ont quand même décidé de se rendre au spectacle. «Nous sommes arrivés à la moitié du show.»  

 Comme quoi ça prend plus qu’une sortie de route pour freiner un mordu des Cowboys fringants.  

 Dean Kalaidjian et les Cowboys fringants    

  •  Fan depuis 2000  
  •  Vu 209 fois (Canada, France, États-Unis)    

 À venir : Des concerts en 2019 qui ne sont pas encore annoncés par le groupe.  

 Il a dit : «Leurs chansons sont toutes différentes. Ce n’est pas comme Nickelback, dont les chansons se ressemblent toutes.»  

 2006  

Dean Kalaidjian avec des fans des Cowboys fringants à Alma.
Photo courtoisie
Dean Kalaidjian avec des fans des Cowboys fringants à Alma.

 2016  

Lors de son 200e concert, à Brossard, il a partagé la scène avec ses favoris.
Photo courtoisie
Lors de son 200e concert, à Brossard, il a partagé la scène avec ses favoris.